Condamnation d'Abdelkader Merah : "C'est un signal historique qui est donné ce soir par la justice française"

La cour d'assises spéciale de Paris statuant en appel a condamné jeudi Abdelkader Merah à 30 ans de réclusion criminelle et l'a reconnu coupable de "complicité" des sept assassinats perpétrés en mars 2012 par son frère Mohamed à Toulouse et Montauban.

Samuel Sandler et son avocat Maitre Elie Korchia, en octobre 2017 à Paris.
Samuel Sandler et son avocat Maitre Elie Korchia, en octobre 2017 à Paris. (SADAK SOUICI / LE PICTORIUM / MAXPPP)

"C'est un signal historique qui est donné ce soir par la justice française", a réagi jeudi 18 avril sur franceinfo Elie Korchia, avocat de Samuel Sandler, partie civile au procès qui a perdu son fils et deux petits-fils, assassinés par Mohamed Merah, après le verdict dans le procès d'Abdelkader Merah, condamné à 30 ans de réclusion criminelle. Elie Korchia voit dans ce verdict un signal envoyé "à ceux qui pourront dans certains quartiers, demain vendre des armes, un gilet par balles, des munitions", et qui ne pourront plus dire "je ne sais pas à quoi cela peut servir".

"La justice française n'a pas été dupe", souligne l'avocat. "Elle a à la fois condamné le frère de l'assassin, pour association de malfaiteur terroriste comme en première instance. Mais elle a été beaucoup plus loin. Elle a reconnu, pour l'histoire judicaire de notre pays, que le frère de l'assassin n'était pas là par hasard dans le box comme la défense l'a plaidé. Il était là, et devait être reconnu coupable pour complicité d'assassinat et tentative d'assassinat".

"La douleur de ces drames est incommensurable"

Après sept ans de procédure et deux procès d'assises,"après cette décision qui sera historique pour les annales judiciaires de notre pays, on a l'impression que la justice de France est passée et elle est bien passée", analyse maître Elie Korchia.

Après le verdict de la cour d'assise spéciale, l'avocat de la famille Sandler a exprimé "le soulagement" de ses clients. Mais "il n'y a pas de victoire, pas de défaite", précise-t-il. "La douleur de ces drames est incommensurable. Elle est pour toujours, elle ne se compte pas en années".

Elie Korchia tient aussi à rappeler les propos de Mohammed Merah, "le tueur au scooter, quand il a commis ses crimes". Il a dit "j'ai mis la France à genoux". Pour l'avocat, le ressenti après le verdict est que "la justice française a mis à genoux les tenants, les mentors, les idéologues, ceux qui comme Abdelkader Merah ont poussé Mohammed Merah, qui était le bras armé de ces crimes et qui derrière, dans l'arrière-cour du jihadisme salafiste, poussent à ces crimes terroristes".