Affaire Merah : la mère d'une victime retrouve ses murs tagués

Des anonymes ont tagué les murs de la maison de Latifa Ibn Ziaten d'insultes dans la nuit du 9 au 10 juin. Depuis l'assassinat de son fils en 2012 par Mohamed Merah, elle se bat contre les préjugés racistes et religieux.

France 3

"Vive Merah", "On va t'avoir", ou encore "On aura ta peau Latifa". Des inscriptions haineuses, antisémites, des menaces de mort taguées devant la maison de Latifa Ibn Ziaten, lundi 10 juin. La mère du premier militaire tué par le terroriste Mohamed Merah en 2012 veut porter plainte pour apologie du terrorisme, violation de domicile et menaces de mort. Latifa Ibn Ziaten milite activement pour la paix et contre la radicalisation, parcourant la France pour des conférences auprès de jeunes.

"Je n'arrêterai pas"

"Je suis triste, mais je ne lâcherai pas, ça, c'est sûr. J'ai passé plus dur que ce que je suis en train de vivre. C'est sûr c'est choquant, c'est bouleversant, mais je n'arrêterai pas", réagit-elle. Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, lui a adressé un message sur Twitter : "Je viens de m'entretenir avec elle pour lui dire mon soutien et ma détermination à ce que les auteurs de cette infamie répondent de leurs actes devant la justice." L'ancien président François Hollande a également apporté sa solidarité et salué son combat.

Le JT
Les autres sujets du JT
Latifa Ibn Ziaten, la mère d\'une des victimes de Mohamed Merah, le 5 octobre 2017, au palais de justice de Paris, lors du procès d\'Abdelkader Merah.
Latifa Ibn Ziaten, la mère d'une des victimes de Mohamed Merah, le 5 octobre 2017, au palais de justice de Paris, lors du procès d'Abdelkader Merah. (PATRICE PIERROT / CITIZENSIDE / AFP)