Abdelkader Merah "condamne maintenant" les crimes de son frère

Le frère de Mohamed Merah comparaît devant la cour d'appel de Paris cinq ans après les faits. Il est jugé pour complicité d'assassinat.

France 2

Pour avoir crié "Vive Ben Laden" dans les rues de Toulouse après les attentats de 2001, Abdelkader Merah était surnommé Grand Ben Ben tandis que son frère cadet Mohamed Merah était Petit Ben Ben. "Ben Laden n'est pas un exemple à suivre", déclare désormais l'accusé dans son box, indique le journaliste de France 2 Dominique Verdeilhan. Interrogé tout au long de la deuxième journée de son procès, Abdelkader Merah a cherché à se démarquer de son frère tout en reconnaissant qu'il le considérait "autant comme un frère de sang que comme un frère de religion".

"Interdit de tuer"

"Je ne l'ai pas condamné au départ, dit-il selon Dominique Verdeilhan, parce que je ne voulais pas le déshonorer. J’ai toujours de l'amour pour mon petit frère, mais c'est un musulman pêcheur. Il est interdit de tuer. Bien sûr, maintenant, je condamne ses actes". Une condamnation du bout des lèvres pour les parties civiles. Au début de l'instruction, Abdelkader Merah avait déclaré "être fier des actes commis par son frère".

Le JT
Les autres sujets du JT
Abdelkader Merah et Fettah Malki devant la cour d\'assises spéciales de Paris, le 3 octobre 2017.
Abdelkader Merah et Fettah Malki devant la cour d'assises spéciales de Paris, le 3 octobre 2017. (ELISABETH DE POURQUERY / FRANCE INFO)