Vidéo "Affaire DSK" : "Je n'étais au courant de rien", assure la journaliste Anne Sinclair

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

La journaliste invoque le "processus de déni" pour expliquer son incapacité à voir les moeurs de son ex-époux, l'économiste et homme politique français Dominique Strauss-Kahn dont le nom reste désormais associé à divers scandales sexuels.

"Je n'étais au courant de rien", assure la journaliste Anne Sinclair, lundi 31 mai sur France Inter, à propos de l'"affaire DSK", en 2011. "C'étaient des moments extrêmement difficiles, douloureux", se souvient l'ex-femme de Dominique Strauss-Kahn. "C'était une forme de bombardement psychologique". "Sur le moment, on fait front. Il y a deux attitudes : ou bien on détale, ou bien on tient. Moi, j'ai été plutôt élevée dans l'idée qu'il faut tenir", explique-t-elle.

Anne Sinclair revient plus largement sur les moeurs de son ancien époux. "Ça paraissait et ça paraît toujours invraisemblable que je n'ai été au courant de rien. Et ça me paraît à moi aussi invraisemblable", explique la journaliste. "Le processus du déni, ça existe. En psychanalyse, tout le monde le connaît. C'est sans doute que je n'ai pas voulu voir", ajoute-t-elle.

Une "emprise affective"

"J'étais sous une emprise affective qui est un trait de caractère", témoigne encore Anne Sinclair. La journaliste "ne la relie absolument pas à cette affaire". Elle explique "avoir développé [ce trait de caractère] beaucoup avec [sa] mère". Un trait de caractère "qui était au fond d'être difficilement en désaccord avec des gens que j'aime".

Anne Sinclair n'a par ailleurs "jamais eu cette envie dévorante d'aller à l'Élysée", qu'on lui a prêtée, selon elle. "Ce que je connais de la vie publique, et ce que j'avais vécu de la vie politique ne m'en donnait aucunement l'envie", assure celle qui a présenté pendant 13 ans l'émission politique 7 sur 7 sur TF1. "Je l'aurais accompagné", s'il avait été élu président, déclare-t-elle toutefois.

"J'ai tenu jusqu'au moment où je n'ai plus tenu"

Anne Sinclair s'est séparée de Dominique Strauss-Kahn en 2012, après les accusations de tentative de viol par une femme de chambre du Sofitel de New York, l'année précédente. "J'ai tenu jusqu'au moment où je n'ai plus tenu", confie la journaliste. Cette affaire s'est soldée par une transaction financière confidentielle et a signifié la fin de la carrière politique de Dominique Strauss-Kahn, un temps favori pour incarner le PS à la présidentielle de 2012.

Les mémoires d'Anne Sinclair, Passé composé, paraissent chez Grasset mercredi 2 juin.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers DSK

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.