Tristane Banon a nié mercredi soir sur France 2 avoir été manipulée

Lors d'une interview au journal de 20h, la jeune femme qui a porté plainte pour tentative de viol contre Dominique Strauss-Kahn, a affirmé que l'action judiciaire lui était apparue comme "le seul moyen de mettre un point final dans sa tête" à cette affaire.

Tristane Banon, au JT de 20h de France 2 mercredi 13 juillet 2011.
Tristane Banon, au JT de 20h de France 2 mercredi 13 juillet 2011. (France 2)

Lors d'une interview au journal de 20h, la jeune femme qui a porté plainte pour tentative de viol contre Dominique Strauss-Kahn, a affirmé que l'action judiciaire lui était apparue comme "le seul moyen de mettre un point final dans sa tête" à cette affaire.

"J'ai cru pendant 8 ans qu'en ne portant pas plainte, qu'en écoutant les conseils" des uns et des autres, et notamment de sa mère, "on pouvait oublier", a expliqué Tristane Banon. Mais ce n'était pas le cas.

Alors que David Pujadas lui demandait si sa décision n'avait vraiment rien à avoir avec l'affaire du Sofitel à New York, la jeune femme a souligné que ce n'était pas elle "mais la presse mondiale" qui avait ressorti ce sujet du placard le 15 mai.

Elle a accusé DSK d'avoir des troubles de la mémoire à son sujet et a nié avoir été manipulée malgré son activité de bénévole à la mairie UMP de Boulogne, où elle est membre du conseil économique et social. "J'ai 32 ans et je sais prendre mes décisions toute seule", a-t-elle assuré.

Rappel de l'affaire, qui remonte à 2003
Tristane Banon accuse DSK d'avoir tenté de la violer en février 2003 dans un appartement du centre de Paris lors d'une rencontre pour un entretien dans le cadre de la préparation de son livre "Erreurs avouées (au masculin)". La jeune femme, âgée de 32 ans, a été entendue lundi par la police.

Pour l'ancien patron du FMI, la scène que Tristane Banon a racontée lors d'une émission télévisée en 2007, puis dans un entretien au site internet AgoraVox en 2008, est "imaginaire". Ses avocats ont déposé plainte pour dénonciation calomnieuse auprès du parquet de Paris.

La mère de Tristane Banon entendue par la police
La mère de Tristane Banon, Anne Mansouret, a été entendue par la police mercredi, de 10h du matin à 17h, dans le cadre de l'enquête sur les accusations de tentative de viol portées par sa fille contre Dominique Strauss-Kahn.

"J'ai répété aux policiers ce que j'ai déjà dit à la presse", a indiqué Mme Mansouret. "On m'a demandé des éclaircissements sur des éléments qui semblaient contradictoires, à la lecture des articles de presse. Je les ai donnés", a-t-elle ajouté, précisant avoir livré aux policiers "le nom d'un certain nombre de protagonistes qui ont joué un rôle" dans l'affaire.