Le cyclisme peut-il devenir un sport propre ?

Quinze ans après, Laurent Jalabert est rattrapé par le dopage. Après les aveux de Lance Armstrong et ceux de Jan Ullrich, c'est un nouveau coup dur pour l'image du cyclisme.

Laurent Jalabert arrive en conférence de presse, lors du Tour de France, le 24 juillet 1998 à Balaruc-les-Bains (Hérault).
Laurent Jalabert arrive en conférence de presse, lors du Tour de France, le 24 juillet 1998 à Balaruc-les-Bains (Hérault). (JOEL SAGET / AFP)
Quinze ans après, Laurent Jalabert est rattrapé par le dopage. Les échantillons prélevés sur le coureur français en 1998 ont révélé une prise d'EPO. Alors que presque tous ses adversaires de l'époque sont  "tombés", Laurent Jalabert refuse toujours d'avouer. Le Français, ancien numéro un mondial, vainqueur du Tour d'Espagne, s'estime trompé par ses médecins. Mais les aveux de l'Américain Lance Armstrong en janvier ou ceux de Jan Ullrich la semaine dernière ont déjà porté un coup terrible à ce sport, à quelques jours du départ du Tour de France.

Le cyclisme peut-il devenir un sport propre ?
Partager ce sondage :
Toutes les questionsEn partenariat avecfranceinfo