DIRECT. Au procès du Carlton : pour Zahia, "on n'a pas fait un esclandre comme on le fait pour moi"

Dominique Strauss-Kahn fait partie des quatorze prévenus dans cette affaire de prostitution. Suivez le procès pendant trois semaines grâce à nos envoyées spéciales.

Croquis de René Kojfer, au tribunal correctionnel de Lille (Nord).
Croquis de René Kojfer, au tribunal correctionnel de Lille (Nord). (ELISABETH DE POURQUERY / FRANCETV INFO)
Ce qu'il faut savoir

Le procès dit "du Carlton de Lille" s'est ouvert lundi 2 février au tribunal correctionnel de Lille (Nord). Il doit durer trois semaines. Dominique Strauss-Kahn, l'ex-directeur du Fonds monétaire international (FMI), fait partie des 14 prévenus, renvoyés pour proxénétisme aggravé, dans cette affaire de prostitution. Au premier jour du procès, le tribunal a rejeté la demande de huis clos formée par les prostituées qui se sont portées parties civiles. 

DSK est accusé d'avoir été au cœur d'un réseau de prostitution mis en place par ses amis du Nord. Sa ligne de défense ? Il était adepte du libertinage, pas des prostituées, et ignorait la profession des jeunes femmes participant aux soirées.

L'enquête préliminaire avait été ouverte par la police judiciaire de Lille, sur la base de renseignements anonymes. Les enquêteurs se penchent alors sur les fréquentations de l'hôtel Carlton et de l'hôtel des Tours, où René Kojfer, en charge des relations publiques, est soupçonné de faire venir des prostituées pour satisfaire quelques clients. La surveillance mise en place, notamment sur le téléphone portable de René Kojfer, livre peu à peu des noms, dont celui de Dominique Strauss-Kahn, lâché fortuitement au détour d'une conversation.

Les enquêteurs remontent un réseau de notables qu'ils soupçonnent de profiter des prostituées mises à disposition par le chargé des relations publiques. Parmi ces notables, David Roquet et Fabrice Paszkowski, un entrepreneur spécialisé dans le matériel médical.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CARLTON

11h41 : Le procès du Carlton s'est tenu du 2 au 20 février à Lille. Nos journalistes Catherine Fournier et Violaine Jaussent vous font revivre dans laquelle Dominique Strauss-Kahn a cristallisé toute l'attention et racontent "l'histoire de la mise à nu d'un roi".




(ELISABETH DE POURQUERY / FRANCETV INFO)

17h56 : Les prévenus parlent pour la dernière fois dans le procès du Carlton de Lille.

14h51 : L'audience a repris à Lille, avec la plaidoirie de l'avocat d'Hervé Franchois, le propriétaire de l'hôtel Carlton.

11h38 : L'avocat de René Kojfer, ex-chargé des relations publiques du Carlton, poursuit sa plaidoirie lors du procès à Lille (Nord), avec un style très théâtral, selon les journalistes présents sur place.


11h11 : C'est le dernier jour du procès du Carlton à Lille (Nord). L'audience a repris, avec en ce moment la plaidoirie de l'avocat de René Kojfer, ex-chargé des relations publiques de l'hôtel, qui n'hésite pas à comparer l'affaire à un autre procès célèbre.

19h17 : Du réseau proxénète supposé autour de Dominique Strauss-Kahn, il ne resterait qu'une "bande de copains". De l'affaire du Carlton, "une balade coquine dans la France gauloise". C'est le message qu'ont cherché à faire passer les avocats de la défense. Récit de cette journée de procès signé Violaine Jaussent.




(ELISABETH DE POURQUERY / FRANCETV INFO)

16h10 : C'est au tour du médiatique avocat Eric Dupond-Moretti de plaider lors du procès du Carlton. Il défend David Roquet. Violaine Jaussent pour francetv info nous fait vivre cette audience.

14h51 : L'audience reprend au procès du Carlton avec notamment les plaidoiries des avocats de David Roquet.

12h01 : L'affaire du Carlton comparée au scénario du film Very Bad Trip. L'avocat de l'entrepreneur Fabrice Paszkowski vient très sérieusement de dresser ce parallèle dans sa plaidoirie, comme le signale notre journaliste Violaine Jaussent sur place.

10h22 : Le procès du Carlton reprend, toujours suivi par notre journaliste Violaine Jaussent. L'audience a commencé avec la plaidoirie de l'avocat du commissaire divisionnaire Jean-Christophe Lagarde, soupçonné d'avoir participé à la mise en relation d'escort-girls avec DSK.

17h25 : @OnAir En France, les caméras et appareils photo sont simplement interdits dans les salles d'audience, en vertu de la loi du 6 décembre 1954 sur la liberté de la presse. Après une série d'incidents, cette loi interdit "tout appareil permettant d'enregistrer, de fixer ou de transmettre la parole ou l'image". L'objectif étant de préserver la sérénité des débats.

17h21 : Une question : pourquoi a-t-on encore ces dessins au tribunal ? La modernité ne voudrait-elle pas qu'on passe gentiment à la photo ? Et qu'on ne me sorte pas l'excuse du secret de l'audience ou de la présomption d'innocence...

17h12 : "Relaxez DSK et ce sera justice", réclament ses avocats. Le trio de conseils de l'ancien patron du FMI a ouvert le bal des plaidoiries de la défense, en demandant la relaxe de son client. Compte-rendu de Violaine Jaussent pour francetv info.

(ELISABETH DE POURQUERY / FRANCETV INFO)

15h18 : "Le dossier s'est écroulé tout seul", déclare l'un des avocats de DSK face aux journalistes.

15h03 : Le procès a repris à Lille (Nord). Violaine Jaussent pour francetv info nous fait suivre les plaidoiries des avocats.