Cet article date de plus de huit ans.

Affaire du Carlton : DSK perd une bataille

Selon les informations du "Figaro", le parquet général de Douai valide l'instruction visant Dominique Strauss-Kahn.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dominique Strauss-Kahn à Sarcelles (Val-d'Oise), le 6 mai 2012. (THOMAS SAMSON / AFP)

AFFAIRE DU CARLTON - Les avocats de DSK veulent démolir la procédure judiciaire visant l'ancien patron du FMI dans l'affaire du Carlton de Lille. Ils pourraient bien ne pas y parvenir. Selon les informations du Figaro, publiée vendredi 21 septembre, le parquet général de Douai (Nord) valide l'instruction.

Le recours formulé par les avocats de Dominique Strauss-Kahn devrait donc être rejeté, mercredi 26 septembre, lors d'une audience devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Douai, l'organe de contrôle du travail des juges d'instruction. La journée sera "déterminante pour la poursuite de l'enquête provisoirement mise entre parenthèses en attendant que soient purgées ces questions de procédure", explique le quotidien.

La mise en examen pour proxénétisme contestée

Les avocats de DSK ont en effet déposé un mémoire soulevant un certain nombre de nullités de procédures. L'ancien ministre socialiste conteste notamment sa mise en examen pour proxénétisme aggravé en bande organisée, prononcée le 26 mars par les juges lillois en charge du dossier. Il affirme qu'il ignorait que les femmes présentes aux parties fines auxquelles il avait participé, notamment à Paris et Washington, étaient des prostituées.

Les avocats de DSK estiment que l'infraction qui lui est reprochée n'est pas constituée. Au total, neuf personnes ont été mises en examen dans cette affaire. Les avocats du commissaire Jean-Christophe Lagarde, ancien chef de la sûreté départementale du Nord, et de l'ancien chargé des relations publiques du Carlton de Lille ont également déposé des conclusions de nullité.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.