Disparition Sophie Le Tan : le mystère Jean-Marc Reiser, suspect numéro 1

Une cinquantaine d'enquêteurs poursuivent leurs recherches afin de retrouver l'étudiante Sophie Le Tan, disparue dans la banlieue de Strasbourg (Bas-Rhin). Jean-Marc Reiser, un homme de 58 ans au lourd passé judiciaire fait figure de suspect numéro 1. Caroline Arnold est en duplex.

France 2

Les recherches se poursuivent près de Strasbourg, dans le Bas-Rhin, après la disparition de Sophie Le Tan, étudiante de 20 ans. Jean-Marc Reiser, un homme de 58 ans déjà incarcéré pour viol, fait figure de principal suspect dans l'enquête. À son domicile, des traces de sang appartenant à Sophie Le Tan ont été retrouvées, ainsi qu'un deuxième ADN féminin. La journaliste Caroline Arnold est en duplex de Strasbourg. L'ADN serait "celui d'une jeune étudiante africaine que Jean-Marc Reiser aurait hébergée un temps dans son appartement de Schiltigheim (Bas-Rhin)", explique la journaliste avant de d'apporter un nouvel éclairage en fin de journal, "l'ambassade du Nigéria dont elle était originaire vient de nous confirmer que la jeune femme était bien vivante. Elle était rentrée chez elle. Les forces de police du pays l'ont formellement identifiée".

Un profil inquiétant

Sans emploi, Reiser vivait seul dans un immeuble de Schiltigheim. Il est décrit pas ses voisins comme discret, mais inquiétant. Condamné en 2001 à quinze ans de prison pour deux viols commis dans les années 1990. il avait été interpellé avec dans son véhicule un arsenal d'armes de poing, des stupéfiants et des photos pornographiques. Il avait été accusé puis acquitté faute de preuves dans une autre affaire de disparition en 1987. Aujourd'hui, Jean-Marc Reiser a choisi de se murer dans le silence, alors que les enquêteurs étudient d'autres dossiers de disparitions inquiétantes pour voir si un lien peut exister avec le suspect.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des photos de Sophie Le Tan à l\'entrée de l\'immeuble où vivait l\'homme accusé de son meurtre, à Schiltigheim (Bas-Rhin) le 20 septembre 2018.
Des photos de Sophie Le Tan à l'entrée de l'immeuble où vivait l'homme accusé de son meurtre, à Schiltigheim (Bas-Rhin) le 20 septembre 2018. (FREDERICK FLORIN / AFP)