Affaire Le Scouarnec : l'ex-chirurgien reconnaît les viols sur ses nièces, affirme l'avocate de deux d'entre elles

Joël Le Scouarnec a été confronté à ses deux nièces, mineures au moment des faits, et âgées aujourd'hui de 30 et 35 ans. Il avait déjà reconnu le viol d'une autre nièce dont les faits sont prescrits.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Palais de  justice de Saintes où se déroule le procès de Joël Le Scouarnec. (ARIANE GRIESSEL / FRANCE-INTER)

L'ex-chirurgien, Joël le Scouarnec, a reconnu les viols sur ses nièces, affirme à franceinfo mercredi 2 décembre, l'avocate de deux d'entre elles, Me Delphine Driguez. "C'est une avancée énorme", a-t-elle déclaré.

Au troisième jour de son procès d’assises, Joël Le Scouarnec a été confronté à ses deux nièces, mineures au moment des faits, et âgées aujourd'hui de 30 et 35 ans. Il avait déjà reconnu le viol d'une autre nièce dont les faits sont prescrits.

"On a une façade qui s'effondre, qui commence à s'effondrer, mais pas totalement", a déclaré au micro de franceinfo Me Francesca Satta, avocate d'une des victimes présumées. "On n'est pas arrivés véritablement à de vrais aveux circonstanciés", mais ce mercredi matin, il y a eu des "progrès". "On a un homme qui, enfin, se retrouve confronté à ses propres tyrannies et osent enfin les affirmer", conclut Me Satta qui défend la fillette de 6 ans, voisine de l'ancien chirurgien à Jonzac.

Deux autres victimes de 6 et 4 ans au moment des faits

"C'est une avancée énorme, mais néanmoins il y avait tout dans le dossier, donc c'était difficile de nier", poursuit l'avocate. "Par rapport au début du procès, il s'est un tout petit peu ouvert, je ne parlerais pas d'humanité, mais il avait un semblant de volonté de moins vouloir s'enfermer dans son monde et de s'exprimer, ce qui a fait beaucoup de bien à mes clientes puisqu'elles attendent ce moment depuis 35 ans", ajoute Me Delphine Driguez.


L'ancien chirurgien de 69 ans est poursuivi devant les assises pour atteintes sexuelles incestueuses sur ses deux nièces, mais pour viol uniquement sur l’une d’entre elles. Joël Le Scouarnec a donc fini par reconnaître les viols sur ses trois nièces, notamment celle dont les faits sont prescrits. Il est également jugé pour viols et agressions sexuelle sur deux autres victimes, sa voisine de Jonzac, âgée de 6 ans au moment des faits et une patiente âgée de 4 ans.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.