Cet article date de plus de cinq ans.

Affaire Jacqueline Veyrac : ce que l'on sait des principaux suspects

Neuf personnes ont été interpellées quelques heures après la libération de la riche propriétaire niçoise. L'une d'elles a été mise hors de cause, vendredi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le restaurant La Réserve à Nice (Alpes-Maritimes), propriété de Jacqueline Veyrac, le 25 octobre 2016. (VALERY HACHE / AFP)

Qui sont les kidnappeurs de Jacqueline Veyrac et quelles étaient leurs motivations ? Qui en voulait suffisamment à la riche propriétaire niçoise pour l'enlever en plein jour et en pleine rue pour la séquestrer deux jours à l'arrière d'une camionnette ? Les enquêteurs ont déjà procédé à neuf interpellations. Les gardés à vue sont niçois, ils ont entre 20 et 60 ans et certains sont déjà connus des services de police. Vendredi 28 octobre, l'une des neuf personnes interpellées a été mise hors de cause et relâchée, selon les informations de France Bleu Azur.

Franceinfo rassemble ce que l'on sait jusqu'à présent des principaux suspects.

Un restaurateur comme commanditaire ?

Giuseppe S., un Turinois installé sur la Côte d'Azur depuis plusieurs années, est soupçonné d'être l'organisateur de l'enlèvement, mais pas forcément le commanditaire, "même si cette hypothèse n'est pas exclue", selon des informations recueillies par franceinfo. Ancien gérant-locataire du restaurant niçois La Réserve, propriété de Jacqueline Veyrac, il avait été placé en liquidation judiciaire en 2009. Et, selon Le Parisien, l'homme nourrissait depuis "une rancœur tenace" envers elle. Il estimait qu'elle avait une dette envers lui.

Un paparazzi qui aurait suivi l'hôtelière

C'est le premier suspect à avoir été interpellé. Il s'agit d'un paparazzi, reconverti en détective privé, selon Nice-Matin, bien connu dans la région, surnommé Tintin. Ce quadragénaire est "spécialiste des gadgets en tout genre" d'après Le Parisien. Il est soupçonné d’avoir notamment acheté une balise qui a ensuite été installée sous la voiture de Jacqueline Veyrac. Un dispositif qui aurait permis aux malfaiteurs de filer la victime et de planifier son enlèvement.

Un ancien militaire

Les enquêteurs ont désormais la certitude que Jacqueline Veyrac a fait l’objet d’une minutieuse filature. Parmi les personnes en garde à vue figure un ancien membre des forces spéciales britanniques, a confirmé le parquet à France Bleu Azur.

Un chef de cuisine

C'est Nice-Matin qui l'évoque dans son édition du 28 octobre. L'homme était au volant d'un 4x4 de la marque Nissan au moment de son interpellation. Selon le quotidien, il a dit "être au mauvais endroit et au mauvais moment" lorsqu'il a été appréhendé, en compagnie de son frère et d'un ami.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.