DIRECT. Affaire Grégory : Ginette Villemin, la tante du petit garçon, a été remise en liberté

L'affaire du petit Grégory, assassiné en 1984, a été relancée avec l'interrogatoire de cinq membres de la famille Villemin, dont trois ont été placés en garde à vue.

Voir la vidéo
Ce qu'il faut savoir

"Plusieurs personnes ont concouru à la réalisation du crime." Près de 33 ans après le début de l'affaire Grégory, le procureur général près la cour d'appel de Dijon, Jean-Jacques Bosc, a fait le point sur l'avancée de l'enquête, jeudi 15 juin. Disant ne pas connaître l'identité du ou des meurtriers, il a toutefois fait état d'expertises en écriture "confondantes" concernant la grand-mère et la grand-tante de l'enfant assassiné en 1984. Placée en garde à vue mercredi matin, Ginette Villemin, la tante de l'enfant, a été remise en liberté jeudi en fin de journée, a annoncé l'un de ses avocats à franceinfo. 

>> Affaire Grégory : ce que l'on sait des cinq interpellations

Les "corbeaux" démasqués ? L'expertise de deux lettres de menaces de 1984 et de 1989 se sont révélées "confondantes" à l'égard de Jacqueline Jacob, la grand-tante de Grégory, et de Monique Jacob, sa grand-mère.

Arrestations de proches. Jacqueline Jacob et son mari, Marcel, ont été interpellés, mercredi, dans le village d'Aumontzey (Vosges). Ils sont placés en garde à vue à Dijon et pourraient le rester jusqu'à vendredi matin, tout comme une troisième femme, Ginette Villemin. Tous trois "invoquent le droit au silence", selon le procureur général.

Interrogatoire des grands-parents. Les grands-parents du petit garçon, Monique – dont l'état de santé ne permet pas une garde à vue – et Albert Villemin ont pour leur part été entendus en audition libre. Tous deux sont restés dans les Vosges.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #GREGORY

22h43 : Laure Iogna-Prat, l'avocate de Marcel Jacob, le grand-oncle de Grégory, affirme sur BFMTV que son client "n'est pas concerné par l'assassinat" du petit garçon. Il est "abasourdi" et "exténué" par cette garde à vue qui va vraisemblablement se poursuivre jusqu'à demain matin. "Il n'y a pas d'éléments nouveaux", selon elle.

22h36 : Si vous ne savez plus où donner de la tête sur franceinfo, voici trois contenus incontournables de la journée :

La nouvelle impulsion donnée à l'affaire Grégory, plus de 32 ans après les faits, a notamment été rendue possible grâce à des avancées technologiques. Licia Meysenq vous détaille trois d'entre elles.

"Les élus sont devenus des produits jetables, comme des Kleenex" : des députés vaincus racontent leur fiasco à Sophie Brunn et Vincent Daniel.

Depuis aujourd'hui, les opérateurs ne peuvent plus surtaxer les appels émis et reçus depuis l'Union européenne. Que change pour vous précisément la fin du roaming ? Geoffrey Lopes a simulé quatre cas pour vous aider à comprendre.

19h52 : "Contrairement à ce que dit le procureur général, elle a répondu aux questions des enquêteurs depuis hier matin. Ce sont les mêmes questions qu'il y a 32 ans, sur les rapports entre les uns et les autres. Ce sont les mêmes questions mais la mémoire est moins bonne."

19h52 : "Ma cliente n'a aucune déclaration à faire. Elle aspire à la tranquillité et elle aussi attend la vérité dans cette affaire. Elle est libre et il n'y a strictement aucun élément contre elle, ni aucun élément nouveau. Qu'elle soit placée en garde à vue et que son nom soit donné, c'est totalement injustifié parce qu'il n'y a aucun élément."


Rémi Stephan, l'avocat de la tante du petit Grégory ressortie libre de sa garde à vue, a répondu aux questions de franceinfo.

19h47 : Selon Vosges-Matin, la fille de Marcel et Jacqueline Jacob, cousins du père du petit Grégory, aurait également été auditionnée ce matin dans les locaux de la brigade de Corcieux (Vosges). Elle en est ressortie en tout début d'après-midi.

19h42 : @Anonyme : Dans ces lettres de menaces reçues par l'ancien président de la cour d'appel de Dijon, Maurice Simon, en 1989 (aujourd'hui mort), les parents du petit Grégory sont mis en cause. "Tu seras tué", était-il également écrit sur une des lettres de menaces reçue par le magistrat.

Restons prudents pour l'instant : Monique Villemin née Jacob, la grand-mère de l'enfant, est soupçonnée d'être l'auteure de ces lettres, mais l'information n'est pas confirmée.

19h36 : "Elle a été libérée ce soir, sans aucune charge retenue contre elle. Ça a été difficile pour elle, d'autant que son nom a été rendu public. C'est dommage et dommageable."

L'avocat de Ginette Villemin, la tante du petit Grégory, confirme à franceinfo la remise en liberté de sa cliente. "Elle a répondu aux questions, elle s'est expliquée", a déclaré Gérard Welzer, sans en dire plus sur le contenu de l'audition. Elle est en route pour rentrer chez elle dans les Vosges.

18h41 : Ginette Villemin était, avec Marcel et Jacqueline Jacob, grand-oncle et grand-tante du petit garçon, l'une des trois personnes placées en garde à vue depuis hier.

18h35 : Ginette Villemin, la tante du petit Grégory, est remise en liberté, selon une source proche de l'enquête citée par l'AFP.

18h34 : En résumé :


• Jacqueline Jacob, la grand-tante de Grégory, est soupçonnée d'être l'auteure d'une lettre de menaces en 1983 ;

• la grand-mère de l'enfant est soupçonné d'être l'auteure d'une lettre de menaces contre un magistrat ;

• on ne sait toujours pas qui a tué le petit Grégory mais "plusieurs personnes sont impliquées" ;

• les personnes placées en garde à vue ne veulent rien dire.

18h29 : Si vous n'avez pas suivi la conférence de presse du procureur de Dijon, vous pouvez en découvrir l'essentiel dans notre article.

17h03 : Bonjour @bibiblaze, très bonne question. En effet, cela va bientôt faire 33 ans que l'on tente de découvrir la vérité autour du meurtre de Grégory Villemin. Au fil des années, plusieurs personnes ont été soupçonnées du crime, provoquant de nouvelles investigations. Ce qui rend, pour le moment impossible, la clôture de ce dossier. En clair, à chaque fois qu'un magistrat engage de nouveaux actes, la prescription est repoussée.

17h02 : L'affaire gregory remonte à plus de 30 ans. Il n'y a pas "prescription" ?

16h45 : Pourquoi le procureur de Dijon est-il en charge de l'affaire Gregory, le petit garçon ayant été assassiné dans les Vosges ?

16h29 : La conférence de presse du procureur est maintenant terminée. Il a expliqué que l'affaire n'était pas encore résolue, "je ne sais pas qui est l'auteur". Il fera un nouveau point-presse demain. Vous pourrez la suivre sur franceinfo.

16h21 : Le procureur général a expliqué que les conclusions d'une expertise sur une lettre de 1983 sont "confondantes" pour l'épouse Jacob (Jacqueline, actuellement en garde à vue), la grand-tante de Grégory. Une autre expertise, menée sur un courrier de menaces visant le juge en charge de l'affaire en 1989, implique cette fois Monique Villemin, la grand-mère du petit garçon.

15h55 : La conférence de presse du procureur général de la République de Dijon, Jean-Jacques Bosc, va commencer. Vous pouvez notamment la suivre ici.

14h33 : D'octobre 1984 à aujourd'hui, que s'est-il passé ? Difficile de reprendre le fil de la longue enquête sur le meurtre de Grégory Villemin. Grâce aux archives des journaux télévisés, je vous résume les principaux rebondissements de cette affaire qui n'est toujours pas résolue.

(FRANCEINFO)

13h58 : Bonjour @ppoulot, bien évidemment, vous pourrez suivre la conférence de presse du procureur de la République de Dijon sur franceinfo à la télé, à la radio et sur notre site. Elle commence à 16 heures.

13h48 : Pourra-t-on suivre la conférence de presse sur l'affaire grégory à 16h ?

12h58 : En ce début d'après-midi, voici les trois articles les plus consultés sur franceinfo :
• Notre article sur les trois avancées technologiques qui ont permis la poursuite de l'enquête dans l'affaire Grégory.
Notre article sur le malaise de Nathalie Kosciusko-Morizet. La candidate a été conduite à l'hôpital après une agression sur un marché.
Notre article sur ce fait divers près de Châteaurenard (Bouches-du-Rhône). Des parents, qui avaient trop bu, ont cru bon de mettre au volant leur fils de 14 ans. Il a percuté un véhicule et provoqué un accident mortel.

11h42 : Le procureur général de Dijon, Jean-Jacques Bosc, et le commandant de gendarmerie de Bourgogne-Franche-Comté Olivier Kim vont tenir une conférence de presse commune, à 16 heures, à propos des trois gardes à vue.

10h51 : Les trois interpellations survenues dans l'affaire Grégory, du nom de l'enfant retrouvé mort dans la Vologne en 1984, ont été rendues possibles grâce à plusieurs évolutions des techniques criminelles. Nous les avons listées dans cet article.

09h53 : Les gardes à vue des trois membres de la famille Villemin ont été prolongées de 24 heures, selon les informations de franceinfo.

08h53 : "J'espère seulement que ce n'est pas une énième fausse piste." Invité d'Europe 1, Gérard Welzer, l'avocat de Marie-Ange Laroche (la femme de Bernard Laroche, un temps suspecté d'avoir tué Grégory et tué d'un coup de fusil par le père de l'enfant), a appelé à la prudence après les arrestations d'hier. "Depuis le 16 octobre 1984, à intervalles réguliers, tous les deux ans, trois ans, on nous annonce des semaines décisives", a-t-il rappelé.

07h32 : Buvons une gorgée de café et ouvrons les journaux. Logiquement, l'affaire Grégory fait la une de nombreux titres, nationaux et régionaux.