Affaire du "Grêlé" : la deuxième vie de François Vérove, loin de tout soupçon

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Affaire du "Grêlé" : la deuxième vie de François Vérove, loin de tout soupçon
France 3
Article rédigé par
M.Bougault, E.Pelletier, D. de Barros, G.Udron, France 3 Languedoc-Roussillon, N. Karczinski - France 3
France Télévisions

Le "Grêlé", tueur en série jusque-là introuvable, vient de se donner la mort en avouant ses crimes. Insoupçonnable, il menait une seconde vie paisible.

C'est une affaire qui remonte aux années 1980. Un tueur en série, surnommé "le Grêlé" et coupable de nombreux meurtres et viols, a avoué ses crimes dans une lettre avant de se donner la mort. Loin de tout soupçon, François Verove, ancien gendarme, menait une seconde vie paisible loin des atrocités qu'il avait commises. il avait choisi de passer sa retraite avec sa femme et ses enfants dans une maison dans l'Hérault.

"Cela nous a complétement liquéfiés"

Ayant appris le passé de ce gendarme à la retraite, le voisinage reste bouche bée. "Cela nous a complètement liquéfiés. Jamais on ne se serait imaginé une chose pareille. Je plains surtout sa femme et ses enfants", raconte une voisine. François Vérove était un policer en apparence sans histoire, comme en témoigne un fonctionnaire qui l'a côtoyé : "C'était un policier que l'on croisait régulièrement, commun, banal." "Le Grêlé" deviendra même conseiller municipal de la commune de Prades-le-Lez (Hérault).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.