Cet article date de plus de neuf ans.

Affaire Céline Jourdan : Richard Roman est mort

Le corps de Richard Roman a été retrouvé chez lui à Clarafond, en Haute-Savoie. Cet ancien ingénieur agronome avait été accusé du meurtre de la petite Céline Jourdan en 1988 avant d'être acquitté lors d'un procès retentissant.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France © France Info)

Richard Roman est mort à l'âge de 49 ans à Clarafond près d'Annecy le 23 juin. C'est l'hebdomadaire l'Essor Savoyard qui révèle l'information dans son édition d'aujourd'hui.
D'après l'autopsie, il aurait ingurgité une “association fatale de médicaments et de produits stupéfiants”.

Le 17 décembre 1992 lors d'un procès retentissant devant les Assises de l'Isère, cet ancien ingénieur agronome avait été acquitté du meurtre de Céline Jourdan, 7 ans. Son co-accusé, Didier Gentil, lui, avait écopé de la réclusion criminelle à perpétuité.

Le 27 juillet 1988, le corps d'une petite fille est découvert au bord d'un ruisseau à La Motte du Caire, petit village des Alpes-de-Haute-Provence. Céline Jourdan a été violée, étranglée et tuée à coup de pierres.

Didier Gentil, un ouvrier agricole, est interpellé en premier. La veille du meurtre, il avait été aperçu tenant l'enfant par la main. A l'époque, il reconnait le viol de Céline mais jure que le meurtrier s'appelle Richard Roman, un marginal qui l'héberge dans une ferme.
_ Surnommé "l'Indien" car il porte un pagne et marche pieds nus, l'homme avoue le crime devant les gendarmes avant de se rétracter.

Cette affaire avait déchaîné les passions à La Motte du Caire. Des riverains avaient appelé au rétablissement de la peine de mort. La reconstitution du crime avait tourné à l'affrontement, plusieurs avocats avaient été pris à partie. La Cour de cassation avait alors décidé de délocaliser le procès à Grenoble.

Devant les Assises de l'Isère, Didier Gentil était revenu sur ses aveux. Il avait disculpé à demi-mot son co-accusé. Richard Roman avait été acquitté à la grande indignation des parties civiles.

Il s'était ensuite installé dans la région parisienne, où il a été interné en hôpital psychiatrique. Il avait ensuite déménagé à Annecy, où il vivait une vie de marginal et de toxicomane.

Sandy Dauphin, avec agences

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.