Cet article date de plus d'un an.

Violences urbaines : 80 personnes interpellées à Marseille dans des affrontements avec les forces de l'ordre en centre-ville

La plupart des bars et restaurants de la Canebière, des rues alentour et du Vieux-Port ont fermé, rapporte France Bleu Provence. 80 personnes ont été interpellées.
Article rédigé par franceinfo, avec France Bleu
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
A Marseille, des collages en hommage à Nahel, cet adolescent de 17 ans tué par un tir de police à Nanterre (Hauts-de-Seine). (NICOLAS TUCAT / AFP)

80 personnes ont été interpellées vendredi soir à Marseille, a appris franceinfo de source policière à 22h45. "De nombreux groupes violents sont toujours présents en centre-ville de Marseille. Ils sont régulièrement dispersés par les effectifs de la police nationale", indique la préfète de police des Bouches-du-Rhône sur Twitter à 21h40. 

>>> Mort de Nahel : suivez les dernières informations

La même source policière indique qu'il y a eu des jets de projectiles sur les forces de l'ordre. Deux policiers ont été blessés dans des affrontements. Le Raid est mobilisé à Marseille vendredi soir pour faire face aux émeutiers, indique la source policière à franceinfo. Un avion de surveillance a également été déployé.

Une armurerie a également été prise pour cible par les émeutiers. Ils sont soupçonnés d'avoir dérobé des fusils de chasse, mais pas de munitions, indique la source policière qui ajoute qu'un individu a été interpellé à proximité avec un fusil de chasse provenant probablement de l'armurerie.

Les vélos en libre-service retirés

La plupart des bars et restaurants de la Canebière, des rues alentour et du Vieux-Port ont fermé alors qu'en cette saison, à la veille du week-end et une semaine avant les vacances d'été, les terrasses sont habituellement bondées.

Les trottinettes et les vélos en libre-service ont été enlevés par les services de la ville pour éviter qu'ils ne soient brûlés.

Les écoles ont toutes été fermées à 18h, indique sur Twitter Pierre-Marie Ganozzi, adjoint au maire de Marseille en charge notamment des écoles. L'élu s'excuse pour "les kermesses qui devaient avoir lieu" en précisant que "sûreté et sécurité priment avant tout".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.