Cet article date de plus d'un an.

Mort de Nahel : les obsèques de l'adolescent sont prévues samedi, annonce le maire de Nanterre

"Il faut continuer d'entourer cette famille, cette maman qui va enterrer son enfant demain", a déclaré le maire de Nanterre Patrick Jarry.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Une pancarte lors de la marche blanche en hommage à Nahel, le 29 juin 2023, à Nanterre. (REMI BREMOND / HANS LUCAS / AFP)

Les obsèques de Nahel, dont la mort causée par le tir d'un policier mardi a suscité trois nuit d'émeutes dans de nombreuses villes de France, sont prévues samedi, a annoncé vendredi 30 juin Patrick Jarry, le maire de Nanterre, dont le jeune homme était originaire. "Il faut continuer d'entourer cette famille, cette maman qui va enterrer son enfant demain", a déclaré l'édile devant la presse à l'issue d'une réunion à Matignon, sans donner d'autres détails.

Le gouvernement a annoncé de son côté le déploiement de blindés de la gendarmerie pour tenter d'enrayer le cycle des violences, pillages et destructions qui agitent de nombreuses villes du pays. A l'issue d'un deuxième comité interministériel de crise en deux jours, Emmanuel Macron s'est félicité de la réponse "rapide et adaptée" des 40 000 policiers et gendarmes mobilisées dans la nuit de jeudi à vendredi, dont des unités d'intervention d'élite. Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a par ailleurs précisé sur TF1 qu'il mobilisait 45 000 policiers et gendarmes pour la nuit de vendredi à samedi.

"Ces prochaines heures vont être déterminantes et je sais pouvoir compter sur votre engagement sans faille dans le respect des lois et de la déontologie", a écrit le ministre de l'Intérieur aux forces de l'ordre et aux pompiers. Malgré l'arrestation de 875 personnes dans la nuit de jeudi à vendredi, 492 bâtiments ont été visés, 2 000 véhicules brûlés et des dizaines de magasins pillés, notamment en plein cœur de Paris.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.