Cet article date de plus d'un an.

Adolescent soupçonné d'agression sexuelle roué de coups à Roanne : "Dans une civilisation, il n'y a pas de place pour la vengeance privée", insiste l'USM

Un père qui roue de coups un adolescent qu'il soupçonne d'avoir agressé sexuellement sa fillette ne relève pas de la "légitime défense", souligne Cécile Mamelin, vice-présidente de l'Union syndicale des magistrats.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
L'Union syndicale des magistrats (USM) (illustration). (VINCENT ISORE / MAXPPP)

"Dans une civilisation, il n'y a pas de place pour la vengeance privée, sinon c'est la jungle", estime ce mercredi sur franceinfo Cécile Mamelin, vice-présidente de l'Union syndicale des magistrats (USM), après le passage à tabac du suspect d'une agression sexuelle contre une fille de six ans à Roanne (Loire), faisant écho aux propos du procureur de la République de Roanne Abdelcrim Grin sur franceinfo. La magistrate rappelle que "la justice est rendue au nom de la société toute entière et pas uniquement des victimes". La semaine passée, un père de famille, aidé de trois amis, a retrouvé l'homme soupçonné d'avoir réalisé des attouchements sexuels sur sa fille. Il l'a roué de coups et fouetté à l'aide d'un câble électrique.

>> Ce que l'on sait de l'affaire de Roanne, où un père a frappé un adolescent soupçonné d'agression sexuelle sur sa fille de 6 ans

La magistrate assure que ces faits ne relèvent pas de la "légitime défense". "Il aurait très bien pu avec ses amis arrêter la personne et l'amener à la police", ajoute-t-elle. Ce père de famille "a réagit de façon certes humaine, mais pas pour faire civilisation", tranche Cécile Mamelin qui assure par ailleurs "comprendre la douleur" de ce père. Il faut, selon elle, se poser la question de la présomption d'innocence : "Quid si ce n'est pas la bonne personne, si on commet l'erreur ?", s'interroge-t-elle. Elle s'interroge également sur l'interview du père de famille sur BFMTV qui, selon elle, "ne semble pas réaliser qu'il a violé la loi".

La responsabilité des élus

Cécile Mamelin réagit également aux propos tenus par le député LR des Alpes-Maritimes Éric Ciotti. Sur BFMTV, l'élu a affirmé qu'il ne "condamnerait pas un père de famille qui protège sa fille". "C'est une réaction tout à fait indigne d'un homme en responsabilité politique", dénonce sur franceinfo Cécile Mamelin. La vice-présidente de l'USM estime que le député LR "aurait pu tout à fait faire preuve d'humanité et de compassion et rappeler le principe fondamental que dans une civilisation on ne se fait pas vengeance soi-même".

Pour Cécile Mamelin, tenir ce type de propos "c'est la porte ouverte à tous les règlements de compte". La magistrate pointe ainsi du doigt plus largement tous les discours politiques qui accuse "la police de ne pas faire son travail et la justice d'être trop dure ou laxiste". Selon Cécile Mamelin, ces discours sont "dangereux" car "la société n'éliminera jamais tout à fait le crime". "Les discours politiques remettent en question les fondamentaux pour ne pas s'interroger eux-mêmes sur ce qui fait sens dans notre société", ajoute-t-elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.