Adolescent rom tué par une voiture : le conducteur en garde à vue

Un automobiliste a renversé deux enfants roms qui circulaient à vélo aux abords d'un campement situé à Noisy-le-Grand en Seine-Saint-Denis. L'un d'entre eux est mort, l'autre est blessé. Le conducteur s'est rendu aux autorités. Il est en garde à vue.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Un adolescent de 15 ans est mort après avoir été percuté par
une voiture ce mercredi à 21 heures aux abords de la nationale 370, sur la
commune de Noisy-le-Grand, en région parisienne. Un autre habitant du camp, âgé
de 12 ans, a été grièvement blessé dans l'accident et transporté dans un hôpital
parisien.

"Un vélo a surgi de nulle part "

D'après la préfecture de Seine-Saint-Denis, "il s'agit d'un père de famille qui rentrait chez lui avec deux enfants dans sa voiture. Au
passage d'un camp de roms, un vélo monté par deux adolescents de 12 et 15 ans a
surgi de nulle part et malheureusement le conducteur a percuté le vélo
". Les enfants du conducteur était dans la voiture, il a donc décidé de prendre la fuite et s'est ensuite rendu aux autorités. Les tests d'alcoolémie se sont révélés négatifs. Aucune faute ne devrait être retenue contre lui.

Situation calme dans le camp de Roms

Les versions divergent sur la réaction des habitants du camp
après l'accident. D'après le maire PS de la ville, le conducteur "a été
pris à parti
"  et "a dû se
réfugier au commissariat
". De son côté, l'un des responsables d'une
association de soutien aux Roms de Noisy-le-Grand, si certains des 150 habitants
du camp "se sont massés le long de la route ", c'était "pour
comprendre
" ce qu'il s'est passé. Toujours d'après Didier Cusserne, la police est intervenue "en
repoussant l'ensemble du camp, sortant matraques et gaz lacrymogène
".

Et il va plus loin en affirmant que cet accident s'explique par le fait que ces Roms avaient été expulsés et repoussés "au bout d'une voie rapide, dans un lieu qui n'est pas propice à l'habitation, avec des véhicules qui arrivaient rapidement. ..".

Mais jeudi matin, la situation était calme dans le camp. La question de l'accueil des roms en France est désormais posée par certains.