Cet article date de plus de six ans.

Un aviateur suisse, qui faisait le tour du monde en ULM, se tue en Equateur

L'appareil s'est écrasé contre le volcan Cotopaxi, dans la cordillère des Andes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un Aerospool WT9 Dynamic (au premier plan), le modèle d'ULM avec lequel voyageait le Suisse Eric Guilloud, le 20 août 2009 à Moscou (Russie). (ILIYA PITALEV / RIA NOVOSTI / AFP)

L'aviateur suisse Eric Guilloud tentait de faire le tour du monde en vingt mois à bord d'un ULM. Il est mort samedi 28 mars lorsque son appareil s'est écrasé dans la province de Cotopaxi, dans le centre de l'Equateur, a annoncé la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) équatorienne. Selon un proche du pilote, l'appareil s'est écrasé contre le volcan Cotopaxi, dans la cordillère des Andes, après avoir décollé de l'aéroport de Latacunga, ville située au sud de Quito et qui est la capitale de la province de Cotopaxi.

"Des unités de secours sont en route pour les lieux de l'accident aérien pour récupérer le corps" de la victime âgée de 62 ans, a poursuivi la DGAC. Seize militaires sont "partis à la recherche" d'Eric Guilloud, dans le secteur de Ticalitin Alto. 

Il voulait récolter des fonds pour un centre médical au Burkina Faso

Il y a quatre ans, Eric Guilloud, passionné par la pratique du deltaplane, dont il fut champion de Suisse en 1976, puis par celle de l'ULM, avait décidé de rompre avec la monotonie quotidienne en s'achetant un appareil ultraléger motorisé, qu'il appela "Mon Bébé", afin de réaliser un tour du monde en vingt mois. Sur son blog, il racontait son périple, déclarant qu'il comptait l'accomplir entre 2014 et 2016 et qu'il était destiné à récolter des fonds pour ouvrir un centre de chirurgie orthopédique au Burkina Faso.

A bord d'un appareil qui pouvait contenir une valise avec un nécessaire de toilette, ainsi qu'une glacière permettant de garder de la nourriture pendant une journée, l'aventurier suisse avait l'intention de survoler 34 pays, soit un total de 76 000 km, 384 heures de vol, et 106 atterrissages. Avant l'Equateur, Eric Guilloud était passé par le Pérou, la Bolivie, le Chili, l'Argentine et le Brésil.

Dans sa dernière vidéo, postée le 30 janvier, il survolait Iquique, dans le nord du Chili, filmant des paysage à couper le souffle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Accidents

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.