Procès du crash Rio-Paris : la relaxe d'Airbus et Air France demandée, les familles en colère

Publié
Procès du crash Rio-Paris : la relaxe d'Airbus et Air France demandée, les familles en colère
Article rédigé par
E. Pelletier, A. Blacher, F. Badaire, D. Tanchereau, E. de Pourquery, E. Peraud, N. Sadok - France 3
France Télévisions
Mercredi 7 décembre, les familles des 228 victimes du crash du Rio-Paris sont en colère. Après huit semaines de procès, le parquet a demandé au tribunal de relaxer Airbus et Air France.

La colère, mercredi 7 décembre, des familles de victimes du crash Rio-Paris. "C'est une honte pour les familles", déclare Danièle Lévy, présidente de l'association Entraide et Solidarité AF447. Au terme de près de six heures de réquisition, les deux procureurs ont demandé la relaxe du constructeur Airbus et de la compagnie Air France, sous les huées de proches des 228 disparus. Dans cette catastrophe, ni manquement, ni négligence, selon le parquet.

Airbus et Air France risquent 225 000 euros d'amende

L'accusation a balayé les accusations pesant sur les deux sociétés, comme le non-remplacement des sondes Pitot, destinées à évaluer la vitesse, qui avaient gelé. Quant aux formations délivrées par Air France, elles sont jugées suffisantes. La réaction des deux pilotes morts dans le drame est donc pointée du doigt par les procureurs. Ce sera au juste du tribunal de trancher. Les deux sociétés risquent 225 000 euros d'amende pour homicides involontaires, après la pire catastrophe de l'histoire d'Air France.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.