Cet article date de plus de sept ans.

Le vendeur d'un château bordelais et son acheteur chinois s'écrasent en hélicoptère

La fête a tourné au drame après le survol de la propriété à bord d'un hélicoptère qui s'est abîmé dans la Dordogne. Un seul corps a été repêché sur les quatre passagers. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des pompiers et des plongeurs inspectent les lieux où s'est écrasé un hélicoptère, le 20 décembre 2013 à Lugon en Gironde.  (MEHDI FEDOUACH / AFP)

Un hélicoptère avec quatre personnes à bord s'est écrasé, vendredi 20 décembre en fin d'après-midi, dans la rivière Dordogne, à Lugon-et-l'île-du-Carnay (Gironde), a indiqué la gendarmerie et la préfecture. Un cadavre, encore non identifié, a été repêché dans l'épave de l'hélicoptère en fin de soirée. Les recherches ont repris samedi. 

Francetv info fait le point sur cet accident. 

Qui se trouvait à bord de l'hélicoptère ? 

L'hélicoptère était piloté par James Grégoire, ancien propriétaire du château viticole La Rivière, à Fronsac. Il venait de conclure la vente de ce domaine de luxe de 65 hectares avec le Chinois Lam Kok, patron du groupe hôtelier Brilliant.

Le millionnaire chinois Lam Kok et son épouse posent devant le Chateau de La Rivière qu'ils viennent d'acquérir, le 19 décembre 2013, en Gironde.  (MEHDI FEDOUACH / AFP)

Ce dernier se trouvait à bord de l'appareil, ainsi que son fils de 12 ans et une interprète d'origine chinoise. L'épouse de Lam Kok avait décidé au dernier moment de ne pas monter, disant qu'elle "avait peur de l'hélicoptère".

Que s'est-il passé ? 

La journée devait être placée sous le signe de la fête avec une conférence de presse lancée avant midi, la présentation du nouveau propriétaire aux équipes du Château de La Rivière et ses 65 hectares de vignes dans l'Appellation d'origine contrôlée (AOC) Fronsac, ainsi que le repas de clôture. Mais en fin de journée, James Grégoire a proposé d'embarquer Lam Kok pour survoler la propriété et ses alentours. 

Selon un journaliste de l'AFP, présent sur place au moment du décollage, James Grégoire a effectué patiemment toutes les procédures, check-list posée sur les genoux. Il a invité à ne pas fermer les portes tant qu'il n'avait pas terminé ses vérifications.

Vingt minutes après le décollage, ne voyant pas l'hélicoptère revenir, les équipes du château ont appelé les pompiers. Un témoin a indiqué à la gendarmerie que l'hélicoptère était tombé dans les eaux de la Dordogne, sur la commune de Lugon-et-l'île-du-Carnay, qui jouxte celle de La Rivière.

Comment s'organisent les recherches ? 

Dès l'alerte donnée, deux hélicoptères ont entamé des recherches au-dessus de la rivière, à l'aide d'un puissant projecteur, et des moyens nautiques ont été déployés. Les recherches ont mobilisé une centaine de pompiers et gendarmes. Ces derniers ont inspecté les berges de la rivière, au lieu-dit du port du Petit-Chartron. Un PC de crise a été rapidement monté à la nuit tombée.

En fin de soirée, un cadavre, non identifié, a été repêché dans l'épave de l'hélicoptère, a indiqué la préfecture. Les recherches pour retrouver les trois autres disparus ont été suspendues à 23h30. Elles reprendront samedi matin dès 8 heures. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Accidents

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.