Effondrement d'un pont à Mirepoix-sur-Tarn : comment les chauffeurs de poids lourds préparent-ils leur itinéraire ?

Lundi 18 novembre, un pont s'est effondré à Mirepoix-sur-Tarn (Haute-Garonne) pendant le passage d'un poids lourd. Comment procèdent les chauffeurs de ces camions pour préparer leur itinéraire et contourner les routes qui leur sont interdites ?

France 2

Lundi 18 novembre, un pont à Mirepoix-sur-Tarn (Haute-Garonne) s'est effondré. Au moment du drame, un poids lourd passait sur l'ouvrage. D'après la gendarmerie, le camion pesait "environ 45 tonnes". Il pesait alors plus de deux fois plus que les 19 tonnes autorisées. La question des itinéraires empruntés par les chauffeurs routiers se pose. France 2 a infiltré une entreprise de transport routier pour tenter de comprendre comment sont formés les chauffeurs et la façon dont ils mettent au point leurs trajets.

Les GPS pas toujours adaptés


Au volant de son 44 tonnes, Frédéric Mas doit quotidiennement s'adapter aux interdictions d'utiliser certaines routes notamment du fait du tonnage de son camion. "Souvent, on retrouve des interdictions au-delà de 3,5 tonnes. Nous on conduit des 40 tonnes, des 44 tonnes. Il faut travailler le trajet en amont, savoir où on passe avant d'emprunter la route", confie-t-il. Le patron de son entreprise vérifie par ailleurs que ses conducteurs ne se mettent pas en danger et regarde les itinéraires qui peuvent être empruntés via un logiciel qui répertorie les restrictions. Les conducteurs sont régulièrement informés. "Normalement, le chauffeur est à même de gérer son itinéraire, mais on le guide sur l’itinéraire à prendre. Ce n'est pas toujours le plus rapide", explique Jean-Luc Bres. À noter que les GPS ne sont pas toujours adaptés aux poids lourds.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un poids lourd traverse le viaduc d\'Echinghen à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), le 28 novembre 2019.
Un poids lourd traverse le viaduc d'Echinghen à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), le 28 novembre 2019. (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)