Cet article date de plus de trois ans.

Accident de TGV à Eckwersheim : l'avocat des familles de victimes espère la mise en examen de la SNCF et de sa filiale Systra

"Mettre en examen des personnes morales" : c'est l'objectif de Me Chemla, avocat des familles des victimes du déraillement de train de novembre 2015. Les conclusions de l'enquête judiciaire communiquées samedi pointent des manquements de la SNCF. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Cinquante trois personnes étaient à bord du train d'essai n°814521 de la ligne à grande vitesse Est européenne, qui a déraillé à Eckwersheim (Bas-Rhin), le 14 novembre 2015. (PAUL MUSER)

La SNCF et sa filiale Systra ont été reconnues responsables du déraillement de la rame d'essai d'un TGV à Eckwersheim (Bas-Rhin) le 14 novembre 2015. Ce sont les conclusions définitives de l'enquête judiciaire, rapportées par France 3 Grand Est et France Bleu Alsace. L'accident avait fait 11 morts et 42 blessés.

Cette reconnaissance de responsabilité n'est pas suffisante pour l'avocat des familles des victimes, Me Chemla. "Nous avons enfin les conclusions qui devraient permettre au juge d'instruction de continuer son information et de mettre en examen des personnes morales", a réagi le conseil au micro France Bleu Alsace. Trois salariés de la SNCF et de sa filiale sont déjà mis en examen.

Nous allons demander à ce que le juge reçoive les victimes en présence des experts

Me Chemla, avocat des familles de victimes

à France Bleu Alsace

"Nous avons clairement des essais qui ont été mal conçus, avec du personnel pas formé"

Le parquet de Paris a communiqué samedi 28 octobre les conclusions définitives de l'enquête judiciaire aux familles et aux victimes de l'accident. Dans ce rapport de 140 pages, il est une nouvelle fois mentionné le manque de formation, les mauvaises pratiques et le manque de coordination entre Systra et la SNCF. Il indique notamment que l'équipage ne disposait pas d'informations suffisantes, ni des compétences requises pour conduire ces essais.

Me Chemla a rappelé : "La SNCF ne s'est pas cachée. Depuis l'origine, elle a assumé l'idée que cet accident résultait d'une faute", rappelle-t-il. "Petit à petit, les choses se sont clarifiées avec des rapports (...) Nous avons clairement des essais qui ont été mal conçus, avec du personnel pas formé. Nous avons aujourd'hui une nouvelle pièce qui achève d'enfoncer ce clou", a-t-il tranché.

"La SNCF ne s'est pas cachée. Depuis l'origine, elle a assumé l'idée que cet accident résultait d'une faute" Me Chemla, avocat des familles de victimes à France Bleu Alsace.
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.