Faut-il lever le secret médical pour certaines professions à risques ?

Après les révélations sur les antécédents médicaux du copilote de l'A320 de la Germanwings, la question du suivi médical des pilotes se pose

FRANCE 2
Depuis le crash de l'A320 de la Germanwings, le suivi médical des pilotes de ligne est au coeur des débats. Après les révélations sur les troubles psychologiques du copilote, la question du secret médical se pose. Andreas Lubitz était suivi pour des troubles psychiatriques depuis six ans, mais il a pu continuer à piloter. "Quand quelqu'un vient vous voir et que vous jugez qu'il est dangereux parce qu’il est en dépression majeure et qu'il prend des médicaments, vous avez le devoir d'aller au moins prévenir le médecin de la compagnie", indique au micro de France 2, le Pr Bernard Debré.

Une série de tests

Pour revêtir le précieux uniforme de pilote, il faut d'abord subir une batterie de tests : prise de sang, test visuel, mais aussi des examens psychologiques. La plupart du temps, il s'agit d'un simple entretien avec un médecin généraliste.
Pour diminuer les risques, les médecins préconisent un suivi psychologique régulier tout au long de la carrière.


 

Le JT
Les autres sujets du JT
Dans le cockpit d\'un Airbus A320, stationné sur le tarmac de l\'aéroport de Djakarta (Indonésie), le 24 septembre 2008. 
Dans le cockpit d'un Airbus A320, stationné sur le tarmac de l'aéroport de Djakarta (Indonésie), le 24 septembre 2008.  (ADEK BERRY / AFP)