Les vols de Boeing 737 Max suspendus dans toute l'Europe : voici la liste des pays et compagnies qui clouent ces avions au sol

Dans les jours qui ont suivi le crash d'Ethiopian Airlines, de nombreux pays et compagnies aériennes ont pris des décisions pour rassurer leurs passagers.

Le cockpit d\'un B737 MAX sur l\'aéroport de Renton (USA), le 16 mars 2018. 
Le cockpit d'un B737 MAX sur l'aéroport de Renton (USA), le 16 mars 2018.  (STEPHEN BRASHEAR / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

L'inquiétude monte. Le crash d'un Boeing 737 Max d'Ethiopian Airlines près d'Addis- Abeba (Ethiopie), dimanche, quatre mois après un accident similaire d'un appareil de Lion Air en Indonésie, a conduit plusieurs pays et compagnies aériennes à laisser au sol ou à bannir de leur espace aérien ce modèle de moyen-courrier. L'Agence européenne de sécurité aérienne a notamment décidé, mardi 12 mars, de fermer l'espace aérien européen aux Boeing 737 Max 8 et 9L'avionneur américain a, de son côté, affirmé n'avoir "aucune raison de donner de nouvelles directives aux opérateurs" aériens. Franceinfo vous résume les diverses décisions sur le sujet.

Les pays qui interdisent leur espace aérien aux 737 Max

Tous les pays de l'Union européenne, la Suisse, la Norvège, l'Islande et le Liechtenstein. L'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) a suspendu mardi tous les vols de Boeing 737 Max en Europe. "Par mesure de précaution, l'AESA a publié aujourd'hui une directive de navigabilité, effective à 19 heures GMT, suspendant toutes les opérations de vol de tous les modèles de Boeing 737-8 Max et 737-9 Max en Europe", annonce l'agence dans un communiqué. "En outre, l'AESA a émis une directive de sécurité, effective à 19 heures GMT, suspendant tous les vols commerciaux effectués par des exploitants de pays tiers à destination de, au sein de ou au départ de l'UE avec ces modèles." 

L'Australie. L'aviation civile australienne a elle aussi interdit tous les Boeing 737 Max dans son espace aérien avec effet immédiat. Aucune compagnie australienne n'exploite de Boeing 737 Max, mais deux transporteurs étrangers desservent l'Australie avec ces types d'appareils : SilkAir, filiale régionale de Singapore Airlines qui exploite six appareils, et Fiji Airways.

Singapour. Le régulateur de l'aviation civile de la cité-Etat a annoncé "suspendre temporairement", à partir de mardi, "les opérations de toutes les variantes des appareils Boeing 737 Max à destination et au départ de Singapour au vu de deux accidents mortels impliquant des 737 Max en moins de cinq mois". Les compagnies concernées par cette mesure sont SilkAir, ainsi que China Southern Airlines, Garuda Indonesia, Shandong Airlines et Thai Lion Air.

La Malaisie. L'Autorité de l'aviation civile a suspendu mardi, "avec effet immédiat, les opérations des appareils Boeing 737 Max 8 volant vers ou depuis la Malaisie, ou faisant escale en Malaisie". Aucune compagnie malaisienne n'exploite ce type d'appareil à l'heure actuelle, mais le gouvernement a ordonné de réexaminer le projet d'achat de Malaysia Airlines, qui a commandé plusieurs exemplaires de Boeing 737 Max.

Le sultanat d'Oman. Le régulateur aérien d'Oman a annoncé, mardi, suspendre "temporairement et jusqu'à nouvel ordre les opérations de l'avion Boeing 737 Max de et à destination de tous les aéroports omanais". La compagnie nationale Oman Air dispose de cinq Boeing Max dans sa flotte de 53 appareils, selon son site internet (lien en anglais).

Le Canada. Le Canada a décidé de bannir de son espace aérien "immédiatement" et "jusqu'à nouvel ordre" les Boeing 737 Max 8 et Max 9, a annoncé mercredi le ministre des Transports Marc Garneau. Cette décision a été prise par le gouvernement canadien après avoir reçu de "nouvelles données" sur les circonstances de cet accident. "De nouvelles informations que nous avons reçues et que nous avons analysées ce matin (...) viennent de données satellitaires qui suggèrent une similarité dans le profil du vol de ces deux accidents", a-t-il indiqué.

Mercredi, l'Egypte, le Vietnam, la Nouvelle-Zélande et Hong Kong ont suivi le mouvement.

Les pays qui suspendent les vols

La Chine. Le Bureau chinois de l'aviation civile a demandé aux compagnies aériennes nationales de suspendre les vols de leurs Boeing 737 Max jusqu'à confirmation par les autorités américaines et Boeing des "mesures prises pour garantir avec efficacité la sécurité des vols". Un total de 76 Boeing de la famille 737 Max ont été livrés à une dizaine de compagnies aériennes chinoises, dont Air China, Hainan Airlines et Shanghai Airlines, selon des informations publiées en janvier sur le site internet du constructeur américain.

L'Inde. Le ministère indien de l'Aviation civile a annoncé mardi avoir cloué au sol la flotte de Boeing 737 Max. "Ces avions ne voleront pas tant que des modifications appropriées et des mesures de sécurité ne seront pas prises pour assurer leur sûreté", a indiqué le ministère sur Twitter.

L'Indonésie. L'Indonésie, dont la compagnie Lion Air a perdu un Boeing 737 Max le 29 octobre 2018 avec 189 personnes à son bord, a décidé lundi d'immobiliser sa flotte de Boeing 737 Max. Dix appareils de ce modèle sont exploités par la compagnie indonésienne à bas prix Lion Air et un autre par la compagnie nationale Garuda.

La Corée du Sud. Le ministère sud-coréen des Transports a annoncé l'immobilisation des deux appareils de la compagnie locale à bas prix Eastar Jet dans l'attente des résultats d'une inspection.

La Mongolie. L'autorité de l'aviation civile mongole a ordonné au transporteur national Mongolian Airlines de clouer au sol l'unique 737 Max de sa flotte.

Les compagnies qui immobilisent leurs avions

Ethiopian Airlines. A la suite de l'accident subi par un de ses avions dimanche, la compagnie a cloué au sol toute sa flotte de Boeing 737 Max jusqu'à nouvel ordre. La compagnie éthiopienne dispose de quatre appareils et a passé commande de 29 autres.

Aerolineas Argentinas. La compagnie aérienne argentine a décidé la "suspension temporaire de l'exploitation commerciale" de ses cinq Boeing 737 Max.

Norwegian Air Shuttle. La compagnie norvégienne a elle aussi choisi, mardi, "de ne pas opérer de vols" avec ses 18 Boeing 737 Max, "jusqu'à ce que les autorités aériennes concernées fournissent d'autres indications".

Turkish Airlines. La compagnie turque a elle aussi décidé de suspendre les vols de ses 12 Boeing 737 Max.

Par ailleurs, les compagnies Tuifly (Allemagne et Grande-Bretagne, 15 avions), flyDubai (Emirats arabes unis, 13), LOT (Pologne, 5), Gol (Brésil, 7 avions), Aeromexico (Mexique, 6 avions), Comair (Afrique du Sud, 1 avion), Icelandair (Islande, 3 avions) et Cayman Airways (Iles Caïmans, 2 avions) ont elles aussi immobilisé leurs Boeing 737 Max.

Ceux qui continuent l'exploitation

Les Etats-Unis. L'Agence fédérale de l'aviation (FAA) a déclaré, mardi à l'AFP, être "impliquée dans l'enquête" et être prête à prendre "les décisions sur les suites à donner en fonction des éléments récoltés", sans décider de clouer au sol les 737 Max. La FAA a néanmoins demandé à Boeing d'effectuer des changements "au plus tard en avril" sur des logiciels et sur le système de contrôle MCAS conçus pour éviter les décrochages.

Par ailleurs, les compagnies américaines Southwest (34 appareils) et American Airlines (24) ont fait savoir que les vols de leurs Boeing 737 Max se poursuivaient pour le moment, de même que ceux de l'italienne Air Italy (3) et la russe S7 (2).