Crash en Éthiopie : questions sur le Boeing 737 Max 8

Pour quelles raisons ce Boeing 737 neuf s'est-il écrasé peu de temps après son décollage alors que les conditions météo étaient bonnes ? Ce crash rappelle un autre accident avec un même appareil.

FRANCE 3

Le cratère laissé au sol est gigantesque. Pour les experts, c'est la preuve que l'appareil d'Ethiopian Airlines était entier au moment de l'impact. Par ailleurs, la compagnie est jugée extrêmement fiable et le pilote du vol ET 302 était chevronné avec plus de 200 heures de vol à son actif. C'est lui qui a repéré un souci technique juste après le décollage. "D'après les contrôleurs aériens, le pilote a signalé qu'il avait des difficultés et qu'il voulait faire demi-tour. L'autorisation lui a été donnée", a expliqué le PDG d'Ethiopian Airlines.

Un scénario déjà vu

Les paramètres de vol montrent que tout se passe très vite : l'appareil décolle à 5h38, dépasse les 8 000 mètres d'altitude une minute plus tard, puis dans la minute qui suit, il perd 400 mètres d'altitude avant d'en regagner 900 et la vitesse s'emballe. "Logiquement, dans une montée initiale on doit simplement prendre de l'altitude, là, l'avion monte et perd de l'altitude avant d'essayer d'en reprendre. La vitesse accélère dans des proportions trop importantes, on va dépasser la vitesse maximale autorisée pour cet avion en basse altitude", explique Xavier Tytelman, expert aérien. Ce scénario rappelle celui du crash du vol 610 de la compagnie Lion Air en octobre. Ce sont exactement les mêmes appareils, des Boeing 737 Max de la même série, construits au même moment. L'enquête sur le crash de la Lion Air a montré une panne des sondes des vitesses et les pilotes n'étaient pas formés pour y répondre. Le Boeing 737 Max est aujourd'hui l'avion le plus vendu au monde.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des équipes de la Croix-Rouge inspectant les débris du vol de la Ethiopian Airline, qui s\'est écrasé près d\'Addis-Abeba (Ethiopie), le 10 mars 2019.
Des équipes de la Croix-Rouge inspectant les débris du vol de la Ethiopian Airline, qui s'est écrasé près d'Addis-Abeba (Ethiopie), le 10 mars 2019. (MICHAEL TEWELDE / AFP)