"Je n'ai jamais vu autant de monde" : à Saint-Féliu-d'Avall, une chapelle ardente dressée après l'accident de Millas

Une chapelle ardente était installée mercredi à Saint-Féliu-d'Avall, dans les Pyrénées-Orientales, pour permettre aux habitants de se recueillir en mémoire des six adolescents tués presque une semaine plus tôt dans la collision entre un bus scolaire et un TER, à Millas.

Le maire de Saint-Féliu-d\'Avall (Pyrénées-Orientales) marche dans la salle polyvalente de la commune, où une chapelle ardente a été dressée en hommage aux six adolescents morts dans l\'accident entre un TER et un bus scolaire, le 14 décembre 2017, à Millas.
Le maire de Saint-Féliu-d'Avall (Pyrénées-Orientales) marche dans la salle polyvalente de la commune, où une chapelle ardente a été dressée en hommage aux six adolescents morts dans l'accident entre un TER et un bus scolaire, le 14 décembre 2017, à Millas. (RAYMOND ROIG / AFP)

À Saint-Féliu-d'Avall, dans les Pyrénées-Orientales, l'heure était au recueillement, mercredi 20 décembre. Une chapelle ardente était installée dans la salle polyvalente de la commune pour que les habitants puissent se recueillir, près d'une semaine après la collision entre un TER et un bus scolaire qui a fait six morts, à Millas, jeudi 14 décembre. Les six adolescents étaient tous originaires de Saint-Féliu-d'Avall.

Certains ont fait jusqu'à 50 kilomètres pour venir

Toute la journée, un flot incessant de personnes sont venues se recueillir dans la salle polyvalente de la commune de 2 500 habitants. Dès l'entrée, on faisait la queue pour noter un petit mot dans les registres mis à disposition. Puis, on faisait la queue pour s'attarder un moment devant les quatre cercueils blancs. En effet, une adolescente a déjà été enterrée lundi et la famille d'un autre élève ne souhaite pas participer à cette veillée. 

À côté des cercueils, les photos des adolescents, souriants, sont exposées : l'un en maillot de foot, l'autre une médaille autour du coup... Sur une estrade, des petits anges et des bougies sont posés. Par terre, un tapis de fleurs blanches, notamment des roses, recouvre le sol. Beaucoup sortent de cette chapelle ardente l'air hébété et les yeux rougis."Je les connaissais tous", souffle Odette, une habitante du village, en désignant le parc à jeux pour enfants, situé juste en face de la salle polyvalente. "Ici, c'était le lieu où tout le monde se réunissait." La grand-mère fond en larmes derrière ses lunettes noires : 

Je les ai tous vus tous petits. On les a vus grandir. Je pleure depuis huit joursOdette, habitante de Saint-Féliu-d'Avallà franceinfo

Odette retrouve cependant un semblant de sourire quand elle constate le nombre de personnes présentes autour d'elle. "Je n'ai jamais vu autant de monde se déplacer des villages voisins. Il y en a de partout. (...) Tous les villages voisins sont venus se recueillir dans la salle polyvalente, de 35 à 50 kilomètres autour. C'est très impressionnant."

Affronter la difficulté dans la solidarité

La mobilisation est aussi réconfortante pour les familles des victimes et pour Saint-Féliu-d'Avall. "Dans la difficulté, sentir qu'il y a une solidarité qui vient d'ailleurs, ça fait du bien. C'est important qu'on soit tous ensemble, qu'on puisse tous ensemble vivre cela", affirme Emmanuel Ploix, le diacre du village. "J'espère que la solidarité va continuer dans les jours et les semaines qui vont venir."

Jeudi, cette solidarité doit continuer avec les obsèques des victimes de la collision, dans la même salle polyvalente. Dehors, un écran géant est déjà installé pour que les très nombreuses personnes attendues puissent suivre la cérémonie. 

Une chapelle ardente dressée à Saint-Féliu-d'Avall : le reportage d'Anne Lamotte
--'--
--'--