Collision mortelle à Millas : polémique autour des passages à niveau

La collision mortelle de Millas (Pyrénées-Orientales) remet au goût du jour le débat autour de la dangerosité des passages à niveau.

France 3

L'accident est resté dans toutes les mémoires. En 2008, un train percute un car rempli d'enfants sur un passage à niveau à Allinges, en Haute-Savoie. Sept enfants perdront la vie. Le ministre des Transports de l'époque, Dominique Bussereau, lance alors un plan de sécurisation et de modernisation des passages à niveau. À l'époque, la France comptait 14651 passages à niveau. Sept ans plus tard, en 2015, il en reste 14620, seulement 31 ont été supprimés, les plus dangereux.

Le conducteur en cause dans 98% des cas

Cinq ans de travaux et plusieurs millions d'euros : il faut agir sur les plus dangereux en priorité. Partout ailleurs, il faut privilégier la vigilance. À Allinges, juste après l'accident, une association s'était créée pour réclamer plus de sécurité. Malheureusement, le nombre de décès dus aux passages à niveau reste inchangé. Certains passages à niveau sont prioritaires : 163 le sont en France à l'heure actuelle. Dans 98% des cas, l'accident est dû à une faute d'inattention du conducteur. Au Canada, les cars scolaires doivent s'arrêter systématiquement avant un passage à niveau. En France, 16 millions de véhicules traversent chaque jour des passages à niveau.

Le JT
Les autres sujets du JT
Panneau sur un passage à niveau.
Panneau sur un passage à niveau. (MAXPPP)