Collision de Millas : un début d'enquête et des témoignages accablants pour la conductrice du bus

Un mois après la collision mortelle entre un bus scolaire et un train à Millas, dans les Pyrénées-Orientales, franceinfo a eu accès à l'enquête en cours et révèle des témoignages en contradiction avec les déclarations de la conductrice.

C\'est à ce passage à niveau, à Millas (Pyrénées-Orientales), qu\'a eu lieu la collision entre un bus scolaire et un TER le 14 décembre 2017.
C'est à ce passage à niveau, à Millas (Pyrénées-Orientales), qu'a eu lieu la collision entre un bus scolaire et un TER le 14 décembre 2017. (MAXPPP)

Il y a un mois, le 14 décembre dernier, à Millas, dans les Pyrénées-Orientales, une collision entre un autocar scolaire et un train express régional (TER) à un passage à niveau tuait six collégiens du petit village voisin de Saint-Féliu-d'Avall. 

La conductrice du bus, mise en examen le 20 décembre pour "homicide et blessures involontaires", soutient que les barrières du passage à niveau étaient relevées au moment de la collision. Mais ce qui ressort de l'enquête, à laquelle franceinfo a eu accès, est accablant pour la conductrice de 47 ans. 

Les investigations sont menées par les gendarmes sous l'autorité de deux juges d'instruction du pôle spécialisé dans les accidents collectifs de Marseille. Dans cette enquête, il y a d'abord le rapport de constatations de la cellule de la gendarmerie au sein de la SNCF. Ses conclusions sont formelles : "Il n'y a aucune trace ou indice laissant supposer un acte de malveillance qui aurait pu occasionner un dysfonctionnement du passage à niveau (...) Plusieurs éléments évocateurs d'un passage à niveau fermé ont été relevés." 

Mais, pour l'avocat de la conductrice, ces conclusions ne sont pas probantes : "Comment peuvent-ils affirmer, quelques jours seulement après l'accident, que tout fonctionnait ?", s'interroge Jean Codognès. 

Des expertises techniques dès février

Les deux juges d'instruction ont désigné des experts indépendants pour mener des contre expertises techniques. Celles-ci doivent démarrer début février, selon les informations de franceinfo : les infrastructures de la SNCF -barrière du passage à niveau, signal sonore lumineux, boîtes noires du TER- vont être soumises à de multiples investigations. 

Le train roulait à une vitesse autorisée de 75 km/h et le bus, à 12 km/h. Il n'y a aucune trace de freinage sur les relevés de l'enregistreur de vitesse de l'autocar. En revanche, il y a des traces de frottement sur le devant du bus à une hauteur qui accrédite l'hypothèse d'un choc avec la barrière.

Des témoins ont vu les barrières baissées

Dans le dossier, les témoignages étayés de deux hommes vont dans ce sens de barrières fermées. Au moment de la collision, ces deux techniciens de la Saur, le groupe spécialisé dans la distribution de l'eau, se trouvaient à l'arrêt, dans leur Citroën Jumpy, de l'autre côté du passage à niveau. Ils ont été entendus par les gendarmes le jour même du drame et leurs récits sont identiques. Le conducteur raconte qu'à l'approche du passage à niveau, il a vu le feu se mettre à clignoter, les deux barrières s'abaisser de chaque côté et trois bus arriver en face. "J'ai vu le premier bus qui ne s'arrêtait pas à la barrière", dit-il aux enquêteurs. Son collègue confirme ses dires.

Je suis formel : le bus conduit par une femme a forcé le passage à niveau alors qu'il était fermé et que le signal lumineux clignotant rouge était actif.Un témoin de l'accident de Millas(extrait des PV d'audition)

Les deux hommes décrivent ensuite des scènes terribles : "J'ai vu le bus s'ouvrir en deux, détaille le conducteur, le pare-brise a été projeté dans notre direction, j'ai entendu des gosses hurler." Ce sont ces deux témoins qui ont appelé en premier les secours. 

D'autres témoignages évoquent également des barrières baissées : ceux du conducteur du TER et de sa stagiaire, ainsi que ceux de deux collégiens présents dans le bus dont l'une, assise seule sur la première rangée avec une visibilité parfaite sur le passage à niveau. Elle affirme aussi qu'aucun des élèves n'avait sa ceinture. 

Trois auditions pour la conductrice

La conductrice, Nadine, n'a pas encore été entendue par les juges depuis sa mise en examen. En revanche, lors de sa première audition, deux jours après le drame, elle a détaillé son itinéraire depuis le collège de Millas. "Je me retrouve à travers le passage à niveau où les barrières sont levées, se souvient-elle devant les enquêteurs.

Il n'y a aucune signalisation lumineuse.Nadine, la conductrice du bus(extrait des PV d'audition)

"Les enfants sont calmes, ils rigolent, ils discutent", poursuit-elle avant de s'effondrer en larmes. "Avez-vous ressenti un problème physique particulier ou une quelconque fatigue pendant le trajet ?", lui demandent les gendarmes. "Non, rien du tout, répond la conductrice. J'avais bien dormi la veille, j'avais pris mon cachet pour dormir à 20h." 

Un sms reçu juste avant la collision

Les enquêteurs l'interrogent aussi sur ce SMS qu'elle a reçu à quelques secondes de l'accident, mais qui n'a pas été lu. Le signal du message a-t-il pu attirer son attention car l'écran de son portable s'allume dans ce cas-là ? La conductrice affirme ne pas s'en souvenir. 

Dans sa troisième et dernière audition de garde à vue, quatre jours plus tard, elle répète plusieurs fois qu'"il n'y avait rien ce jour-là : ni voyant, ni barrière", et qu'elle n'a "pas entendu de choc". Ce témoignage est donc en totale contradiction avec les premiers éléments matériels recueillis et le récit de plusieurs témoins. Alors que s'est-il passé ce 14 décembre à 16h07 ? La conductrice empruntait quotidiennement ce trajet, toujours à la même heure avec toujours les barrières levées... Mais, ce jour-là, le train avait 5 minutes de retard. 

Les expertises sur les traces de peinture relevées sur le car sont attendues en début de semaine prochaine. Peut-être permettront-elles de faire un pas important vers la vérité.

Les premières investigations révèlent des témoignages accablants pour la conductrice du bus de Millas - explications de Delphine Gotchaux
--'--
--'--