DIRECT. Accident de Puisseguin : une information judiciaire pour "homicides et blessures involontaires" va être ouverte

Le procureur de Libourne fait le point sur les avancées de l'enquête, après avoir informé les familles.

L\'enlèvement des carcasses du car et du camion accidentés, à Puisseguin (Gironde), le 26 octobre 2015.
L'enlèvement des carcasses du car et du camion accidentés, à Puisseguin (Gironde), le 26 octobre 2015. (MAXPPP)
Ce qu'il faut savoir

De premières réponses, même incomplètes. Le procureur de la République de Libourne, Christophe Auger, a fait le point, lundi 26 octobre, sur l'enquête en cours après le tragique accident qui a fait 43 morts vendredi à Puisseguin (Gironde). Il a annoncé son intention d'ouvrir une information judiciaire pour "homicides et blessures involontaires", une fois que toutes les victimes seront identifiées, d'ici la fin de la semaine prochaine.

Le procureur a auparavant rencontré les familles pour leur "expliquer où en est l'identification des corps et les informer des premiers éléments de l'enquête". Une modélisation de la scène leur a également été montrée. Selon i-Télé, les premiers résultats n'auraient relevé aucune trace d'alcool et de stupéfiant chez le chauffeur du bus. 

Les opérations d'enlèvement des épaves du camion et de l'autocar se sont achevées lundi en début d'après-midi. Une poignée de gendarmes scientifiques procédaient aux derniers prélèvements. La route départementale RD17, où s'est produite la collision, doit être rouverte à la circulation dans la journée.

Dimanche, le bilan définitif de l'accident a été établi à 43 morts. Les corps ont été transférés à l'Institut médico-légal de Bordeaux en vue des prélèvements qui seront envoyés à Cergy-Pontoise (Val-d'Oise), où se trouve le laboratoire de l'IRCGN en charge de l'identification formelle des victimes.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PUISSEGUIN

22h31 : Psst, ne partez pas vous coucher sans avoir lu ces trois articles de francetv info :)

• Votre bacon vous expose-t-il à un risque de cancer ? Après l'étude de l'OMS sur la viande, on répond à cinq questions pour tenter d'y voir plus clair.

• C'est un témoignage exclusif, livré à France 3 : Annette Aubisse a réchappé à l'accident de car de Puisseguin, grâce à son mari qui n'a pas eu cette chance. Elle raconte "le petit choc qui a embrasé le car".

• Enfin, son nom c'est Bond, James Bond, et il fait en ce moment fantasmer les Londoniens lors d'une avant-première mondiale. A l'occasion de la projection de Spectre, on a dressé le bilan chiffré de 007 version Daniel Craig.

21h18 : Annette Aubisse, une des rescapées de l'accident de car de Puisseguin, a accepté de témoigner longuement pour France 3. Elle raconte qu'un "petit choc de rien du tout" a suffi à provoquer l'incendie. Voici son interview complète.




(C. GILLARD et C. HILARY - FRANCE 3)

20h30 : À Puisseguin, l'enquête progresse. Les épaves des deux véhicules impliqués dans le drame où 43 personnes ont perdu la vie ont été évacués. Reportage de France 3.

19h37 : "Il n'y a pas eu de choc, rien ! Je n'ai pas entendu un coup de frein, rien du tout ! (...) On était tous surpris. C'est ce petit choc qui a embrasé le car. Et c'était vite fait."

Retrouvez dans cet article le témoignage exclusif de cette rescapée de l'accident de car à Puisseguin.

19h30 : Elle a perdu son mari, un cousin et une cousine. Annette Aubisse est une des rescapés de l'accident de car de Puisseguin. Elle témoigne, en exclusivité sur France 3.




(FRANCE 3)

18h54 : Tout à l'heure, une scène virtuelle de l'accident de Puisseguin a été projetée par le colonel de gendarmerie, Patrick Touron. Il a insisté sur la "barre métallique" située à l'intérieur de l'habitacle du camion, qui est venue percer un réservoir de gazole.



(FRANCE 2 et FRANCE 3)

17h29 : Sur les lieux de l'accident, les carcasses des véhicules ont été retirées, indique un journaliste, sur Twitter.

17h29 : "Nous avons à l'arrière de l'habitacle de la cabine un réservoir additionnel de gasoil." La gendarmerie s'interroge désormais sur les conditions de cet incendie : "Une barre métallique a traversé l'habitacle et est venue se planter dans le réservoir additionnel."

17h26 : Les deux points rouges correspondent aux véhicules. Le point bleu, à des traces de freinage. A l'aide d'images numérisées, la gendarmerie présente les avancées de l'enquête, ainsi que les outils utilisés.



(FRANCETV INFO)

17h18 : A ce stade de l'enquête, le procureur admet qu'il est impossible d'établir des responsabilités concernant cet accident. "Il est trop tôt pour porter un jugement sur les déclarations du chauffeur de bus", note-t-il.

17h17 : "Une information judiciaire sera ouverte", assure le procureur de la République de Libourne, mais, d'abord, il souhaite que le processus d'identification soit terminé, et les corps, rendus aux familles.

17h13 : Si j'avais un de mes parents [morts] dans ce drame, je ferais jeter tous les politiques, ils n'ont rien à faire là ! Ils veulent seulement capter l'attention de la population française, c'est infâme.

17h11 : Ce que je trouve honteux, c'est que les politiques désignent qui peut ou ne peut pas venir. J'aurais tendance à dire qu'aucun politique n'est bienvenu. Ils vont faire des discours inimaginables. Les proches, la famille, les vrais amis ne veulent pas de ce cirque politico-médiatique ! Ils veulent pouvoir prier et honorer leurs morts avec décence. (...)

17h11 : Dans les commentaires, vous déplorez la présence d'élus à l'hommage qui sera rendu aux victimes, demain, à Puisseguin.

17h09 : "L'incendie s'est vraisemblablement propagé très rapidement à l'ensemble du bus ainsi qu'à la cabine du poids lourd."

17h17 : "Le chauffeur du poids lourd (...) s'est déporté sur la voie de gauche, alors que la route était sinueuse à cet endroit, comme indiqué par la signalisation." "Des traces de ripages et de freinage [laissent penser] que le conducteur a tenté de redresser son véhicule", explique le procureur. Une pièce métallique a "transpercé" un réservoir, poursuit-il.

17h06 : Christophe Auger, le procureur de la République de Libourne, donne une conférence de presse. Vous pouvez la suivre ici.

14h42 : L'enquête sur le drame de Puisseguin entre dans une nouvelle étape : le relevage des deux véhicules calcinés par les enquêteurs. La mission est délicate. Le camion est soulevé lentement, il y a tout juste la place pour l'évacuer. Ce soir la D17 sera dégagée.

(MATTHIEU BOISSEAU, CANDICE OLIVARI et BERNARD BONNARME - FRANCE 2)

13h20 : Noël Mamère n'est-il plus le bienvenu à Puisseguin ? Florent Boudié, député PS de la circonscription girondine endeuillée par l'accident de car, qui a fait 43 morts vendredi, demande au député écologiste et maire de Bègles de "ne pas venir à l'hommage" aux victimes, prévu demain.

09h44 : @anonyme : La chaîne i-Télé vient de révéler les résultats, mais ils n'ont pas encore été confirmés officiellement. Elle donne aussi une piste pour comprendre les raisons de l'embrasement du car.

09h43 : Connaît-on les résultats des analyses d'alcoolémie et de stupéfiants faites sur les conducteurs des bus et camion ? Généralement les résultats sont très rapides !

07h59 : Alain Vidalies, secrétaire d'Etat aux Transports, annonce sur France Info qu'il va nommer un "coordonnateur national" qui sera chargé de "l'accompagnement des familles" des victimes de l'accident tragique.