Accident à Puisseguin : comment un autocar peut-il s'embraser si vite ?

Les flammes n'ont laissé aucune chance à la grande majorité des occupants lors de l'accident de Puisseguin, vendredi 23 octobre.

FRANCE 2

Les moquettes, les rideaux, les fauteuils, tous les éléments d'un autocar répondent à des normes draconiennes. Au lendemain de la terrible collision qui a provoqué la mort d'au moins 43 morts lors de la terrible collision entre un bus et un poids lourd, la question demeure : pourquoi le bus s'est-il enflammé si rapidement ?
L'un des bus d'un autocariste que France 3 a rencontré a brûlé il y a cinq mois en huit minutes. Pourtant dans chaque bus, l'habillage intérieur est ignifugé, c'est à dire conçu pour améliorer la tenue au feu. Un traitement qui retarde l'embrasement, mais ne peut l'empêcher.

Le gazole ne serait pas à l'origine de l'incendie

Dans les bus, "9 fois sur 10, le feu part à partir du compartiment moteur et plus particulièrement au niveau du turbo. Il y a des projections d'huile extrêmement chaudes et parfois ça finit par s'enflammer", explique Patrick Botto accidentologiste.
La majorité des autocars roulent au gazole. Selon un autre autocariste, le carburant ne "représente pas du tout un risque pour l'incendie". Car le gazole est seulement inflammable au-delà de 450 degrés.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les carcasses du bus et du poids-lourd qui se sont percutés à Puisseguin (Gironde), faisant 43 morts, le 23 octobre 2015.
Les carcasses du bus et du poids-lourd qui se sont percutés à Puisseguin (Gironde), faisant 43 morts, le 23 octobre 2015. ( REGIS DUVIGNAU / REUTERS)