Euro 2024 : déjà un premier choc Espagne-Croatie, l'Italie à la relance... Le programme de samedi

Deuxième journée de l'Euro, samedi, et déjà un choc entre l'Espagne, championne d'Europe en 2008 et 2012, et la Croatie, finaliste du Mondial 2018.
Article rédigé par Théo Gicquel
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 3 min
Le Croate Luka Modric, l'Italien Nicolo Barella et l'Espagnol Lamine Yamal. (AFP)

Après le match d'ouverture remporté largement par l'Allemagne contre l'Ecosse, 5-1, vendredi, l'Euro entame sa deuxième journée, samedi 15 juin. Le deuxième match du groupe A entre la Hongrie et la Suisse donnera déjà un indicateur de l'outsider du groupe derrière le pays hôte.

S'ensuivra l'entrée du groupe B, considéré comme le fameux "groupe de la mort" avec la présence de l'Espagne, championne d'Europe en 2008 et 2012, de la Croatie, demi-finaliste des deux derniers Mondiaux, et de l'Italie, tout simplement championne d'Europe en titre, qui a raté les deux dernières Coupes du monde et joue gros à l'Euro.

L'affiche à ne pas manquer : Espagne-Croatie (18 heures)

C'est indéniablement le choc de cette première journée de l'Euro et donc le match à ne manquer sous aucun prétexte (sur beIN Sports). Dans un groupe très difficile, où la pauvre Albanie risque de souffrir, chaque faux pas sera fatal. Entre l'Espagne, la Croatie et l'Italie, il est impossible de dégager un favori clair, et le vainqueur de ce premier choc, au Stade olympique de Berlin, aura déjà pris une grosse option sur la qualification.

L'Espagne, demi-finaliste en 2021, s'avance avec une équipe sans grande star, mais avec un mélange d'expérience (Carvajal, Nacho, Rodri, Oyarzabal) et de jeunesse (Pedri, Yamal, Nico Williams), concoctée par Luis de La Fuente, qui a redressé la Roja après l'échec du Mondial 2022 (huitièmes de finale). En face, la Croatie conserve son ossature habituelle avec Gvardiol-Kovacic-Brozovic-Modric, et jouera son éternel rôle d'outsider encore à plein régime.

L'équipe à surveiller : l'Italie remet son titre en jeu (21 heures)

Que vaut vraiment l'Italie ? Non qualifiée pour les deux dernières Coupes du monde (2018 et 2022), victorieuse entre les deux de l'Euro (2021) et finalement qualifiée in extremis pour cette édition à la dernière journée des éliminatoires après un match nul 0-0 contre l'Ukraine : voilà le bilan de la Squadra Azzurra depuis six ans. Si elle arrive en tenante du titre, elle n'offre donc que peu de garanties.

Elle est composée de joueurs d'immense talent à chaque ligne (Donnarumma chez les gardiens, Di Lorenzo ou Bastoni chez les défenseurs, Barella au milieu, Chiesa et Scamacca en attaque), mais n'a pour l'instant pas trouvé la bonne formule pour retrouver son rang sous les ordres de Luciano Spalletti. L'entrée en lice face à la modeste Albanie, à 21 heures à Dortmund (sur M6 et beIN Sports), sera particulièrement scrutée car la victoire est obligatoire et la manière attendue.

La rencontre loin des projecteurs : Hongrie-Suisse (15 heures)

On n'ira pas vous dire que ce match est le moment idoine pour sortir au parc, mais ce Hongrie-Suisse, à Cologne (sur beIN Sports), n'a à priori pas les faveurs du spectacle. Pourtant, il met aux prises deux équipes intéressantes : la Suisse, tombeuse de la France lors du dernier Euro, n'a certes pas un jeu flamboyant, mais elle ne cesse de gagner en consistance et est toujours difficile à manœuvrer. Didier Deschamps en sait quelque chose.

Le Hongrois Dominik Szoboszlai lors des qualifications de l'Euro face au Monténégro, le 19 novembre 2023. (ARPAD KURUCZ / ANADOLU / AFP)

De l'autre côté, la Hongrie pourrait être une bonne surprise de l'Euro. Invaincus dans leur groupe de qualification, les Magyars pourraient profiter d'un groupe ouvert avec l'Allemagne, l'Ecosse et la Suisse pour jouer un mauvais tour. Et si vous avez décidé de fermer les volets et de ne pas aller au parc, on vous conseille d'observer Dominik Szoboszlai, le milieu créatif de 23 ans qui a explosé à Liverpool avant de baisser le pied en fin de saison. Mais il peut réveiller un match d'une illumination.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.