Pays-Bas - France : maladroits, les Bleus concèdent le nul mais se rapprochent de la qualification pour les huitièmes de finale

Blessé au nez, Kylian Mbappé est resté sur le banc par précaution, vendredi soir, et n'a pas pris part au match nul entre les Pays-Bas et la France (0-0).
Article rédigé par Hortense Leblanc - envoyée spécial à Leipzig (Allemagne)
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Antoine Griezmann au duel avec Jeremie Frimpong lors de Pays-Bas - France, le 21 juin 2024, à Leipzig. (FRANCK FIFE / AFP)

Quatre jours seulement après le match âpre contre l’Autriche, on se demandait comment les Bleus allaient répondre dans le défi physique contre les Pays-Bas, qui avaient bénéficié de 30 heures de récupération supplémentaire. Et dans ce choc entre les deux nations les plus attendues du groupe D de l'Euro 2024, les hommes de Didier Deschamps ont pris le dessus, vendredi 21 juin, sans jamais trouver la faille. Dans une organisation inédite et sans Kylian Mbappé, resté sur le banc, l'équipe de France a trop longtemps manqué d’efficacité, concédant un match nul frustrant (0-0). La première place du groupe se jouera lors de la dernière journée, mardi.

Sans l’attaquant star de l’équipe de France - qui disposait d’un masque noir et neutre répondant aux règles, mais qui a été ménagé - Didier Deschamps avait choisi de tenter un dispositif différent, en alignant Antoine Griezmann en soutien de Marcus Thuram en pointe, et avec Adrien Rabiot dans le rôle d’ailier gauche. Un système qui n’a pas tout à fait réussi aux Bleus, qui ont parfois semblé perdus au milieu de terrain et en difficulté pour ressortir le ballon.

Les Pays-Bas n’ont pas attendu que la machine française se règle pour lui donner un premier avertissement, sans frais grâce à une parade exceptionnelle de Mike Maignan face à Jeremie Frimpong dès la première minute. Le gardien français a été décisif une nouvelle fois, quinze minutes plus tard, avec une détente impeccable sur une frappe de Cody Gakpo, alors qu’il était masqué au départ du ballon.

Des duels perdus et des regrets

Décisifs, les joueurs offensifs de l’équipe de France ne l’ont eux pas été. Les Bleus ont pourtant multiplié les occasions, dont une première qui aurait dû finir au fond des filets au quart d’heure de jeu, mais sur laquelle Adrien Rabiot, seul face au but, s’est montré trop altruiste en décalant Antoine Griezmann qui n’a pas pu reprendre. Et le manque d’efficacité déjà pointé du doigt après le premier match contre l’Autriche s’est répété plus tard dans la partie.

Une tête de Griezmann a terminé dans les gants du gardien Oranje juste avant la pause (43e). La frappe lointaine de Marcus Thuram n’est pas passée loin du poteau à l’heure de jeu (60e). Une tête d’Aurélien Tchouameni est également passée au-dessus de la barre quelques minutes plus tard. Puis une tentative d’Antoine Griezmann, à moins de six mètres en bout de course, a été détournée magistralement par Bart Verbruggen (65e).

Les Bleus se sont même fait une belle frayeur et auraient pu perdre le match à la 70e minute, sur un but finalement refusé pour hors-jeu des Pays-Bas, alors que Denzel Dumfries gênait Mike Maignan pour intervenir sur une frappe cadrée de Xavi Simons. Ils pourront toutefois nourrir des regrets après avoir dominé la rencontre, mais l’essentiel est ailleurs : ils sont en ballottage favorable pour la qualification en huitièmes de finale, puisqu’ils finiront au pire troisièmes du groupe D, avec quatre points. Or, depuis l'Euro 2016 et le passage à 24 équipes, toutes les nations à quatre points à l'issue de la phase de poules se sont qualifiées.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.