Euro 2024 : pays hôte, l'Allemagne écrase l'Ecosse en match d'ouverture et débute parfaitement sa compétition

L'équipe allemande n'a laissé aucune chance à de timides Ecossais, vendredi à Munich (5-1), et lance de manière idéale "son" Euro.
Article rédigé par Théo Gicquel
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Les Allemands Florian Wirtz, auteur de l'ouverture du score face à l'Ecosse, et Joshua Kimmich lors de l'Euro, le 14 juin 2024. (JOSE BRETON / NURPHOTO / AFP)

Une démonstration. L'Allemagne a balayé l'Ecosse dans une rencontre à sens unique, vendredi 14 juin, en match d'ouverture de l'Euro (5-1). A Munich, les hommes de Julian Nagelsmann n'ont jamais laissé les Ecossais y croire, les prenant à la gorge d'entrée, en inscrivant deux buts dans les 20 premières minutes par Florian Wirtz et Jamal Musiala.

Kai Havertz a triplé la mise avant la mi-temps sur penalty, qui a valu un carton rouge à Ryan Porteous pour un geste très dangereux sur Ilkay Gündogan. En seconde période, Niclas Füllkrug et Emre Can ont également participé à la fête mais l'Ecosse a toutefois sauvé l'honneur en toute fin de match sur un but contre son camp d'Antonio Rüdiger. La Nationalelf démarre parfaitement sa compétition à domicile, et prend les rênes du groupe A. Dans l'autre match, la Suisse et la Hongrie s'affrontent samedi (15 heures).

Un but mais pas de tir pour l'Ecosse

Il n'est jamais simple de négocier un match d'ouverture, mais l'Allemagne n'aurait pas pu faire beaucoup mieux que la prestation proposée vendredi. Elle qui avait vécu un séisme à la Coupe du monde 2022 en sortant une deuxième fois de suite dès le premier tour, avant d'enchaîner une année 2023 catastrophique, devait se racheter pour "son" Euro, le premier à domicile depuis 1988. 

Face à une équipe d'Ecosse spectatrice d'entrée, dépassée par les combinaisons du trio Wirtz-Havertz-Musiala, la Nationalelf a déroulé un football d'attaque-défense mené par Toni Kroos : 75% de possession de balle après 15 minutes, aucun tir écossais dans toute la rencontre, et un chômage technique pour Manuel Neuer qui a touché... 15 ballons.

Florian Wirtz (10e), sur une remise en retrait de Joshua Kimmich, puis Jamal Musiala, avec une frappe croisée après une ouverture délicieuse d'Ilkay Gündogan (19e), ont rapidement mis la Tartan Army (les supporters écossais) hors de portée.

Les hommes de Steve Clark se sont un peu plus compliqué la tâche juste avant la pause. A la suite d'un cafouillage dans la surface, Ryan Porteous est venu cisailler le tibia de Gündogan : penalty et carton rouge logique pour le défenseur de Watford, qui disputait son premier match à l'Euro (45e+1).

L'Allemagne impressionne

Déjà très mal embarquées, les affaires de l'Ecosse, réduite à dix, sont ensuite devenues impossibles. La deuxième mi-temps a ressemblé à la première, avec des tentatives de Gündogan et Wirtz (58e).

Les buteurs sortis, leurs remplaçants ont pris la suite : Niclas Füllkrug, d'une frappe décochée dans la lucarne du malheureux Angus Gunn (68e), pour son 12e but en 17 sélections. Puis Emre Can (90e+3), sur une frappe placée, ont alourdi l'addition et soigné la différence de buts allemande malgré le but contre son camp (CSC) de Rüdiger, dont la tête a dévié le ballon dans son propre but (88e).

En gestion, jamais inquiétée, l'Allemagne ne pouvait rêver meilleure entame pour gagner en confiance et monter en puissance. En prenant la tête d'un groupe A largement à sa portée avec la Suisse et la Hongrie, elle peut déjà entrevoir les huitièmes de finale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.