Euro 2022 : l'équipe de France accrochée par l'Islande pour son dernier match de la phase de groupes

Incapables de se mettre à l'abri, les joueuses de Corinne Diacre n'ont pas pu faire mieux qu'un match nul (1-1) contre l'Islande pour leur troisième et dernier match dans le groupe D, lundi, à Rotherham.

Article rédigé par
De notre envoyée spéciale à Rotherham - Maylice Lavorel - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Delphine Cascarino lors du match entre la France et l'Islande, à l'Euro 2022, le 18 juillet 2022. (FRANCK FIFE / AFP)

A quelques secondes près, les Bleues étaient reçues trois sur trois. Après deux victoires, contre l'Italie et la Belgique, l'équipe de France a finalement bouclé sa phrase de groupes de l'Euro par un match nul contre l'Islande (1-1), lundi 18 juillet, au New York Stadium de Rotherham (Royaume-Uni). Les Tricolores, avec un onze remanié, pensaient avoir pris le meilleur sur les Islandaises grâce à un but de Melvine Malard à la première minute de jeu.

Mais il fallait tenir jusqu'à la toute dernière minute. Au bout du temps additionnel, après un deuxième but français annulé par la vidéo, un long arrêt de jeu pour une blessure de Pauline Peyraud-Magnin, et une pression intense des Islandaises sur la surface tricolore, le mur a fini par craquer. Interpellée par la vidéo, l'arbitre a sifflé un penalty islandais après une faute d'Ouleymata Sarr. Brynjarsdottir a transformé et ramené les deux équipes à égalité.

Ces montagnes russes émotionnelles concluent une phase de groupes où les Bleues ont montré de bonnes choses, notamment en attaque. Mais il y a aussi des lacunes criantes, en défense et dans la gestion de leurs efforts.

Les remplaçantes se sont montrées

Avant cette fin de match mouvementée, le turnover opéré par Corinne Diacre n'avait pourtant pas semblé bouleverser les Bleues, qui ont pris l'habitude dans cet Euro de proposer de très bonnes entames de match. Malgré six changements au coup d'envoi, elles ont rapidement imposé leur loi.

Sous une chaleur écrasante (34 degrés au coup d'envoi), les Françaises se sont ensuite progressivement découvertes. L'Islande, qui jouait sa qualification en quarts lors de ce match, en a profité pour se procurer quelques belles occasions, comme la barre transversale trouvée par Jonsdottir (10e), qui a fait trembler les familles des joueuses, présentes en nombre au New York Stadium. Sans se montrer étincelantes, les Bleues ont su résister pour rentrer aux vestiaires avec une longueur d'avance.

Une fin de match sous tension

Sous les encouragements nourris de leurs supporters, qui n'ont jamais cessé de chanter, les Islandaises ont tout donné pour revenir dans le match dès le début du second acte. Elles ont même failli tenir l'égalisation, mais Peyraud-Magnin s'est bien allongée pour boxer la frappe d'Albertsdottir (56e). Les joueuses de Corinne Diacre s'en sont remises aux contre-attaques, et ont cru enfin se mettre à l'abri quand Malard est venue couper un centre de Bacha (69e). Mais le but a été annulé pour une position de hors-jeu.

Bis repetita en toute fin de rencontre, avec un nouveau but de Grace Geyoro, entrée en jeu quelques minutes plus tôt, mais annulé pour une faute de main française (87e). Une décision fortement contestée par le banc tricolore, sans effet. Dans une ambiance tendue, les Islandaises, revigorées par le "clapping" descendant des tribunes, ont jeté leurs dernières forces dans la bataille, jusqu'à arracher un match nul de prestige.

Avec ce résultat, les Bleues bouclent invaincues leur phase de groupes, mais passent à côté du carton plein réalisé par l'Angleterre et l'Allemagne. Le contenu, poussif, ne rassurera pas forcément le clan français, à cinq jours du quart de finale contre les Néerlandaises, tenantes du titre. Des représentants de la sélection Oranje, dont le sélectionneur Mark Parsons, étaient d'ailleurs présents dans les tribunes de Rotherham. Pour les Islandaises, condamnées par la victoire de la Belgique face à l'Italie dans l'autre match du groupe D lundi soir, la route s'arrête là.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Euro 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.