Euro 2021 : la Belgique étrille la Russie pour son entrée en lice

La Belgique a impressionné, samedi soir, pour son entrée en lice dans l'Euro, en s'imposant sans forcer dans le choc du groupe B contre la Russie (3-0).

Article rédigé par
Hugo Lauzy - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le duo Romelu Lukaku - Thomas Meunier a permis de porter la Belgique face à la Russie à Saint-Pétersbourg, samedi 12 juin 2021. (ANTON VAGANOV / POOL)

Les Diables Rouges ont entamé leur Euro avec sérieux, samedi 12 juin, face à la Russie en s'imposant logiquement (3-0) du côté de Saint-Pétersbourg. Dans un contexte particulier après le malaise du Danois Christian Eriksen dans l'autre match du groupe B et qui a longtemps laissé planer le doute sur la tenue de cette rencontre, les Belges, favoris au titre, ont fait respecter leur statut et su être réalistes pour exploiter les erreurs défensives de la Sbornaya.  

Pourtant, ce choc du groupe B promettait une opposition plus importante de la part de Russes chauffés à blanc devant plus de 30 000 personnes présentes à l'intérieur du stade Krestovski de Saint-Pétersbourg. Face à des Diables Rouges sans Kevin de Bruyne, forfait, ni Eden Hazard au début de la rencontre, les Russes se sont sabordés sur un centre venu de la droite de Dries Mertens. Mal orienté, le défenseur russe Andrey Semenov a dévissé son dégagement permettant à Romelu Lukaku, pourtant hors-jeu au départ de l'action, de prendre rapidement les devants (1-0, 10e). 

Une défense russe aux abonnés absents

Un premier quart d'heure compliqué pour des Russes, incapables de ressortir proprement de leur moitié de terrain. Une fragilité constante encore une fois démontrée par le même Semenov, suite à un ballon mal contrôlé et qui a permis à Lukaku de filer seul au but, avant d'être repris in extremis dans la surface de réparation par un tacle de Dzikhiya (19e).

À défaut d'être précis dans le jeu, les Russes ont parfois été à la limite de l'engagement comme sur ce choc tête contre tête entre Castagne et Kuzaiev (25e). Face à un collectif russe attentiste et trop faible sur le plan technique, Thorgan Hazard a trouvé la clé sur un centre fuyant dans la surface. Un ballon mal dégagé par le gardien Shunin dans les pieds de Thomas Meunier, tout juste entré en jeu à la place de Castagne, et qui n'a eu qu'à placer son tir dans le petit filet pour réaliser le break (2-0, 34e).

La Belgique confirme son statut de favori

Les Belges se sont contentés de gérer leur avance dans un deuxième acte où le rythme s'est considérablement ralenti, malgré l'entrée en jeu d'Eden Hazard (72e). Sonnés et sans créativité, les coéquipiers d'Alexandre Golovine ont quant à eux manqué de vitesse dans leurs transitions et souvent usé de longs ballons approximatifs pour inquiéter (trop) rarement Thibaut Courtois, le portier belge.

Une forme d'impuissance que n'ont pas eu Thomas Meunier et Romelu Lukaku suite à une remontée au milieu de terrain et une passe en profondeur du premier pour le second dans l'axe. L'attaquant de l'Inter Milan a alors fait parler sa classe d'une frappe limpide du pied droit dans la surface pour inscrire un doublé et écraser définitivement la défense russe (3-0, 88e).

Une efficacité poussée à son maximum pour les Diables Rouges sur ce premier match dans la compétition. Avec trois réalisations sur quatre tirs cadrés, l'attaque belge a fait parler son expérience et sa qualité technique notamment sur les ailes pour combiner et déstabiliser une Russie décevante et sans idées. Les Belges de Roberto Martinez, déjà demi-finaliste du Mondial en 2018, se positionnent donc déjà comme un sérieux prétendant au titre sans avoir été flamboyants dans le jeu, avant d'aborder leur deuxième match contre le Danemark, jeudi. 


Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Euro 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.