Euro 2021 – France-Allemagne : "S'il faut mettre le pied, je le mettrai", promet Benjamin Pavard

A peine un mois après la fin de sa saison avec le Bayern, Benjamin Pavard va revenir à Munich mardi, mais dans la peau de l'adversaire. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Benjamin Pavard (gauche) enlacé par Presnel Kimpembe (droite) après la victoire contre la Bulgarie le 8 juin 2021. (FRANCK FIFE / AFP)

À quatre jours de l'entrée en lice de l'équipe de France à l'Euro 2021 contre l'Allemagne à Munich (le 15 juin à 21h), Benjamin Pavard était en conférence de presse vendredi 11 juin. La carrière du défenseur français a beau avoir explosé en Allemagne où il joue depuis août 2016, d'abord à Stuttgart puis au Bayern Munich depuis deux saisons, il n'a pas hésité une minute pour choisir son camp.

Connaître son ennemi

"C’est facile de faire la part des choses. En club, ce sont mes amis, mais le temps d’un match, ils seront mes adversaires. S’il faut mettre le pied, je le ferais.” Le latéral droit des Bleus a annoncé la couleur dès la première question qui lui a été posée. Manuel Neuer, Niklas Süle, Joshua Kimmich, Leon Goretzka, Jamal Musiala, Serge Gnabry, Leroy Sané, Thomas Müller... Mardi, il compte ne faire aucun cadeau à ses huit coéquipiers bavarois qui porteront les couleurs de l'Allemagne.

Pourtant, c'est grâce à son exposition allemande que l'ancien Lillois s'est ouvert les portes de l'équipe de France en novembre 2017. Après avoir participé à la remontée de Stuttgart en Bundesliga en 2016-17, il en est devenu l'un des piliers lors des deux saisons suivantes. Elément marquant du sacre des Bleus à la Coupe du monde 2018, et se définissant au micro de Canal + comme "l'un des meilleurs défenseurs" du championnat allemand, Pavard finit par attirer l'oeil du glorieux Bayern Munich.

Habitué à porter les mêmes couleurs que Leroy Sané (droite) au Bayern Munich, Benjamin Pavard (gauche) risque de l'affronter dans son couloir le 15 juin 2021. (LENNART PREISS / AUGENKLICK/LENNART PEI?/WITTERS)

Décidé à casser sa tirelire, l'ogre bavarois annonce en janvier 2019 que le Français le rejoindra pour la saison 2019-20 moyennant 35 millions d'euros. En seulement deux ans, le natif de Maubeuge a soulevé sept trophées avec le Bayern, dont une Ligue des champions en 2020 face à un club français, le Paris Saint-Germain. "C'est un très grand club, très familial, où l'on s'y sent vraiment bien, l'un des meilleurs du monde. On apprend forcément beaucoup au quotidien aux côtés de très grands joueurs. J'ai emmagasiné de la confiance et de l'expérience au poste de latéral droit", a insisté Pavard en conférence de presse vendredi.

Retrouvailles hostiles

S'il "ne promet rien" pour son avenir, il "n'est pas étonné" que des Français comme Franck Ribéry (12 ans), Willy Sagnol (8 ans) ou Bixente Lizarazu (8 ans) soient restés aussi longtemps à Munich. Lors de cet Euro, il ne fera pourtant pas long feu en Bavière avec l'équipe de France qui ne restera que deux jours sur le sol allemand, la veille du match le 14 juin, et le jour même, le 15.

Habitué à une Allianz Arena qui sonne creux depuis le début de la pandémie, Benjamin Pavard va la retrouver avec près de 12 500 supporters en tribunes, mais dans une atmosphère hostile. "Le retour des suppoters ? On n'attend que ça. Ils pourront me huer et me traiter, ce n'est pas grave. Je vais défendre ce maillot et ce coq pour gagner à Munich avec l'équipe de France". Le rendez-vous est pris.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Euro 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.