Cet article date de plus de trois ans.

Euro 2021 : bilan, équipe-type, sélectionneur... La fiche d'identité de l'Allemagne

Voici ce qu'il faut savoir sur la Mannschaft, premier adversaire de l'équipe de France lors du championnat d'Europe, mardi soir.

Article rédigé par Andréa La Perna, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 3 min
Joshua Kimmich, le cadre de la nouvelle génération allemande, le 31 mars 2021. (FRANZ WAELISCHMILLER/SVEN SIMON / SVENSIMON)

Premier adversaire des Bleus à l'Euro, l'Allemagne sort d'une Coupe du monde 2018 catastrophique. Face à la France, la Mannschaft voudra bien se relancer en compétition majeure, à l'Allianz Arena de Munich, mardi 15 juin.

Son bilan à l'Euro

Titrée en 1972, 1980 et 1996, l'Allemagne est la codétentrice du nombre de sacres à l'Euro, à égalité avec l'Espagne, un mastodonte, présent dans le dernier carré des trois dernières éditions de la compétition. Au-delà de son palmarès, c'est sa régularité au plus haut niveau européen qui impressionne. La Mannschaft a participé à chacune des douze dernières éditions de l'Euro – un record – et il faut remonter à 2004 pour la voir éliminée en phase de groupes.

Son bilan face à la France

L'Allemagne a longtemps été vue comme le croque-mitaine, à force de briser les rêves français en Coupe du monde. La défaite aux tirs au but en demi-finales du Mondial espagnol en 1982 (3-3, 5-4 t.a.b) est un traumatisme indélébile dans la mémoire collective de millions de supporters français. L'agression non sanctionnée du gardien Harald Schumacher sur Patrick Battiston est restée comme l'une des plus grandes injustices de l'histoire du sport tricolore. Même scénario lors de l'édition suivante, en 1986 au Mexique, avec une défaite à nouveau aux portes de la finale (0-2). L'Allemagne demeurera pour toujours le bourreau de la génération dorée Platini-Giresse-Tigana.

En 2014, c'est au stade des quarts de finale que l'équipe de Joachim Löw est venue cueillir les Bleus grâce à un coup de tête de Mats Hummels (1-0). Mais la donne a changé lors de l'Euro 2016, lorsqu'un doublé d'Antoine Griezmann a mis fin au parcours des Allemands en demi-finales (2-0). Si l'on considère l'ensemble des confrontations entre les deux sélections depuis 1990, la France a d'ailleurs clairement pris le dessus sur son voisin, ne concédant que deux défaites en trente ans (13 matchs : 8 victoires, 3 nuls, 2 défaites).

France - Allemagne, la story de la semaine
France - Allemagne, la story de la semaine France - Allemagne, la story de la semaine

Le joueur clé : Joshua Kimmich

Après l'échec cuisant du Mondial 2018 et son élimination en phase de poules, l'Allemagne a procédé à un renouvellement de sa sélection nationale. Plusieurs cadres du sacre de 2014 ont été écartés pour faire de la place à la jeunesse. Joshua Kimmich (26 ans) fait partie de ceux qui ont récupéré les clés de la Mannschaft. Au sein d'une génération pas encore arrivée à maturité, l'homme à tout faire du Bayern Munich est l'un des seuls à pouvoir prétendre au statut de taulier dans le onze de départ.

Le milieu polyvalent, capable de jouer dans l'entrejeu comme au poste de latéral droit, est devenu une pièce inamovible grâce à son omniprésence, avec et sans le ballon. Son intelligence de jeu et son endurance lui permettent de concilier un rôle de plaque tournante et d'initiateur du pressing. Celui qui a explosé sous les ordres de Pep Guardiola en Bavière compte déjà plus de 260 matchs avec le Bayern et 52 sélections avec son équipe nationale.

Le sélectionneur : Joachim Löw

L'Allemagne, c'est lui. À la tête de la Mannschaft depuis 2006, et présent sur son banc depuis 2004 (il était alors adjoint), Joachim Löw a passé plus de quinze ans à poser sa griffe sur le jeu d'une nation. À 61 ans, cet ancien joueur de second plan a décidé qu'il quitterait son poste à l'issue du tournoi, sept ans après avoir mené sa sélection au titre mondial au Brésil, là où ses joueurs avaient infligé une correction inoubliable au pays hôte (7-1).

Il aura côtoyé les Michael Ballack et autres Torsten Frings, lancé des joueurs comme Sami Khedira et Manuel Neuer, qui n'ont connu que lui à la tête de la Mannschaft. Mais la fin de cycle se faisait sentir, surtout depuis l'échec cuisant du Mondial en Russie et ses (trop) nombreux tests tentés depuis 2019. Cet Euro constitue sa dernière chance de sacre continental après la finale de 2008 et les demi-finales de 2012 et 2016, qui ont laissé son pays sur sa faim.

Le onze-type

Le onze type attendu de l'Allemagne pour l'Euro 2021. (FRANCEINFO / OLIVIER ESCHER)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.