Etats-Unis : San Francisco, une ville multi-écologique

a revoir

Présenté parJulian Bugier

Diffusé le 04/08/2014Durée : 00h40

Voir la vidéo
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Exemple : San Francisco (Etats-Unis), une ville 100 % propre. Là-bas, rien ne se perd et tout se transforme.

Face à la baie de San Francisco, l'heure de rush a commencé dans ce restaurant haut de gamme. 800 repas servis par jour, et une règle absolue ici: tout ou presque est recyclable et compostable.

Ici, on a la poubelle classique, mais aussi la corbeille de compost, et celle de recyclage est de ce côté.

Zéro gâchis, surtout pour les restes de nourriture dans les assiettes. Pas question d'en perdre une miette, alors, du chef au commis, c'est devenu un réflexe.

Ces gobelets sont fabriqués avec des matières compostables. On peut donc à notre tour les composter.

Ces restes de nourriture ne vont pas à la poubelle. lls sont broyés, réduits en bouillie avant une deuxième vie. A San Francisco, 5.000 restaurants et hôtels ont adopté ce système. Zéro déchet en 2020, c'est l'objectif que la ville s'est fixé, il y a plus de 10 ans. Pari ambitieux, déjà presque rempli. 80% des déchets produits ici sont recyclés ou compostés. La ville a pris des mesures drastiques pour y arriver.

Depuis 2009, c'est la loi, tous les habitants de San Francisco sont obligés de recycler et composter tous leurs déchets. Chaque habitation a trois poubelles: une verte pour le compostage, une bleue pour le recyclage et une noire pour tous les autres déchets. La ville effectue régulièrement des contrôles. Après 3 avertissements, les habitants qui ne jouent pas le jeu, risquent une amende pouvant aller jusqu'à 800 euros.

A une heure de route de San Francisco, voici où se joue l'essentiel du programme "Zéro déchet". Une déchetterie pas comme les autres qui fait du compostage à échelle industrielle. 600 tonnes de déchets organiques produits par San Francisco, sont déversés ici chaque jour: la nourriture, les cartons, les plantes, qui ne finiront pas dans une décharge, mais sur cette chaîne de tri.

On retire tout ce qui est à base de plastique. Si un particulier fait une erreur, en mettant du plastique par exemple dans la poubelle de compostage, on le retire afin que ce qui passe au broyeur soit 100% organique. Il faut que tout soit compostable.

Ce qui en ressort sera broyé, humidifié, puis réduit à un compost, presque aussi fin que du sable.

On laisse maintenant les microbes faire leur travail, pour que le compost puisse devenir fertile.

Cercle vertueux, car l'objectif est de pouvoir le réutiliser, pour l'agriculture par exemple. Pour faire pousser ses vignes, Bob Cannard, viticuleur de la Napa Valley n'utilise que du compost. Il se fait régulièrement livré directement depuis la déchetterie.

On en met une pelle sous chaque pied de vigne. 'C3 apporte quoi.

Les plantes sont mieux nourries. C'est plein de nutriments. Regardez la taille de ces jeunes pousses. Ils sont en bonne santé.

Il a donc réussi à produire un vin qui s'exporte dans le monde, grâce à des restes de nourriture. Ne rien gâcher, tout réutiliser. Aux Etats-Unis, le pays générant le plus de déchets au monde, Sans Francisco fait figure d'exception et de modèle. 200 villes américaines ont déjà décidé de suivre la même route.

Au Bangladesh, un ferry a fait naufrage avec 200 personnes à bord. Bilan :2 morts et plus de 100 disparus.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==