Etats-Unis : mode de vie 100% écologique

a revoir

Diffusé le 12/09/2013Durée : 00h48

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Il est décédé ce matin à son domicile.

Une femme au mode de vie très écologique. Béa Johnson, mariée, 2 enfants, a d'abord été séduite par Phyperconsommation à l'américaine. Mais depuis, elle a engage une totale marche arrière puisqu'elle a décide de vivre en produisant zéro déchet. Les détritus produits en un an par la famille tiennent dans un pot de confiture.

MiIl Valley, banlieue chic de San Francisco. C'est là que vit la championne du monde du zéro déchet. Dans sa maison, rien de superflu. Intérieur épuré, pas de carton, pas de plastique, pas de papier. Dans le frigidaire, aucun emballage.

Dans mon frigo, nous avons des bouteilles de lait consignées. Nous achetons le yaourt dans un bocal consigné, de la crème dans un contenant consigné.

Les fruits et légumes sont posés dans un bac et des sacs à linge. Elle n'achète rien d'empaqueté, elle doit être rigoureuse pour la viande, le poisson ou les fromages. Elle a fait noter par le marchand la date de péremption.

Pour ce qui est sec, on amène des sacs en tissu au magasin, on les remplit et à la maison, on les transfère dans ces bocaux.

Selon elle, toutes les ménagères pourraient appliquer ce principe : réduire, réutiliser et recycler.

Le zéro déchet démarre à l'extérieur de la maison. Si on n'amène pas d'emballage dans la maison, on n'aura pas besoin de s'en préoccuper plus tard.

Originaire d'Avignon, Béa Johnson est arrivée aux Etats-Unis comme fille au pair il y a 10 ans. Elle y a rencontré son mari, un homme d'affaires. Un jour, elle ne supporte plus la vie à l'américaine. Elle décide d'en avoir le moins possible dans son sac de courses et de tout acheter en vrac pour éviter le papier. Il y a des étiquettes sur la majorité des fruits et légumes aux Etats-Unis. Il faut les enlever et les jeter.

Ce magasin spécialisé prouve qu'on peut tout acheter en vrac : Olives, fruits secs, épices, miel, huile, féculents, même la viande ou le poisson qu'elle n'achète pas sans son bocal.

C'est bon pour notre famille, on économise de l'argent, la nourriture en vrac est moins chère, j'espère que j'inspire d'autres personnes à faire de même.

Elle essaie de donner l'exemple à travers son blog. Les médias se demandent comment la famille a pu se lancer dans cette expérience.

Si on compare 2005 à 2010, nous avons économisé jusqu'à 40 % sur notre budget.

Vinaigre blanc pour laver le sol, éponges en tissu réutilisables, détergents en vrac pour la lessive, bicarbonate de soude pour les dents, la quantité de déchets non recyclables est très faible.

Une famille américaine utilise ces 3 ou 4 poubelles et les remplit au moins une fois par semaine. Chez les Johnson, il n'y a pas de poubelle. Voici ce qu'ils recyclent chaque semaine.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==