Enquête : dans les coulisses de la police scientifique

a revoir

Présenté parJulian Bugier

Diffusé le 29/07/2014Durée : 00h40

Voir la vidéo
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Notre enquête ce soir consacrée aux coulisses de la police scientifique. Une profession qui fascine, connue au travers des séries américaines a succès. 159 agents en France en font partie, considérés comme les as de l'enquête, ils utilisent des techniques ultra-sophistiquées pour faire parler les détails. Sur une scène, souvent la vérité se cache, invisible à l'oeil nu. Ce sont les chiens experts de la police. Leur outils de travail : leur flair. Première étape: on lui présente un tissu imbibé de l'odeur d'un suspect. Chaque personne a la sienne, aussi unique que ses empreintes digitales ou son ADN.

Ça dure 10 à 15 secondes, on lui fait mémoriser l'odeur contenue sur ce prélèvement.

Puis vient l'identification. Au sol, cinq bocaux, cinq odeurs d'individus différents. Il doit trouver celle du suspect. Il renifle chacun avant d'en désigner un.

Quand il reconnaît l'odeur, il s'y couche de manière formelle.

Le chien de se trompe jamais, son odorat est 6 fois plus développé que celui de l'homme. Les chiens qui pratiquent l'odorologie ne vont jamais sur le terrain. Ils travaillent uniquement dans cette salle où rien ne les perturbe. Mais comment recueille-t-on ces odeurs invisibles et volatiles ? Pour nous les policiers ont reconstitué une scène de crime. Le technicien prélève toutes les odeurs laissées par les passagers grâce à ce tissu.

Il capte et conserve l'odeur. Une trace odorante a été laissée par le passager.

On va recueillir un maximum d'odeurs.

Chaque prélèvement est conservé dans un bocal. Voici Podorothèque de la police. 8.000 récipients où sont stockés pendant des années des odeurs recueillies sur des scènes de crimes. L'intérêt est de confondre un suspect longtemps après les faits.

Trois ans après les faits, la police a arrêté un mis en cause. Il a été ordonné un prélèvement d'odeurs corporelles. Nous avons fait la comparaison entre les traces odorantes, qui avaient été effectuées trois ans auparavant, et les odeurs corporelels. Le chien a bien identifié l'individu.

Une preuve parmi d'autres. Une fois enprisonnées, ces odeurs peuvent se conserver dix ans. Pour tester leurs inventions, les policiers ont reconstitué cette scène de crime. Chaque indice est répertorié. L'expert photographie tout. 1 milliers de clichés panoramique en quelques minutes. s n quelques minutes.

Il y a un capteur photographique. Au final on aura une image panoramique.

Une fois dans l'ordinateur, on reconstitue les lieux. La prise de mesure se faisait pendant les constatations. Mais on pouvait oublier certaines mesures, pas là. On n'oublie plus rien sur une scène.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==