Cet article date de plus de huit ans.

Emploi : les chiffres de la formation

Publié Mis à jour
Temps de lecture : < 1 min.
Article rédigé par
France Télévisions

Sans cette sélection, sa collègue n'aurait jamais imaginé être douée pour le travail du cuir. Avant, elle était dans l'agroalimentaire.

J'ai l'impression d'avoir ma place ici, d'avoir trouvé le métier qui me convient. C'est un métier que j'ai découvert et c'est comme un miracle.

L'an dernier, 51 % des chômeurs formés grâce à Pôle emploi ont trouvé du travail dans les 6 mois suivant leur formation. Un chiffre qui a progressé de 5 points en un an.

Bonsoir Jean-Paul Chapel. Combien de chômeurs en ont bénéficié.

Jean-Paul Chapel : L'an dernier, 178.000 chômeurs ont bénéficié de ce type de formation financée par Pôle emploi. Les secteurs prioritaires sont: le commerce et la vente, le transport et la logistique, l'industrie, l'hôtellerie, la restauration, et les services à la personne. En clair, les secteurs qui recrutent.

David Pujadas : Pourquoi pas plus.

Jean-Paul Chapel: D'abord à cause de la facture. Chaque formation coûte en moyenne 10.000 euros. Ensuite, beaucoup de chômeurs Un chômeur qui a une expérience professionnelle, n'a pas intérêt a changer de métier. Enfin, se reconvertir c'est bien, encore faut-il qu'il y ait assez d'offres d'emploi. Des débouchés qui sont aujourd'hui limités à cause de la conjoncture.

David Pujadas : Merci Jean-Paul.

Le MEDEF a rendu officiellement ses propositions pour l'économie. On avait déjà évoqué l'assouplissement du Smic, ou la suppression de deux jours fériés. Autre mesure choc: un contrat dérogatoire au CDI.

Le patronat réclame un contrat d'un nouveau genre. Ni un CDD ni un CDI mais un contrat de projet qui s'arrête quand la mission est terminée. C'est ce qui se pratique déjà dans le bâtiment. Ce patron signe des contrats de chantier quand il a une surcharge d'activité. Ça lui fait moins de salaires à payer dans les moments plus calmes.

Actuellement la période est calme. Heureusement, on a ces contrats de chantier qui nous permettent de pouvoir embaucher pendant la durée du chantier. Si on devait les embaucher en CDI ou en CDD, on aurait du mal à leur donner du travail en cette période où le carnet de commande a baissé.

L'idée ne séduit pas autant les salariés. Michael est le dernier à avoir été embauché en CDI, pour rien au monde il n'échangerait avec un contrat de chantier.

Pour le salaire, les projets de ma vie, un CDI, c'est mieux.

Le Medef souhaite étendre le contrat de chantier à d'autres secteurs que le BTP. Dans cette entreprise d'ameublement, le directeur serait preneur.

Le contrat de projet permettrait une certaine flexibilité. Nous dépendons toujours du carnet de commandes de nos clients.

Un bémol pour lui : la peur de rajouter un nouveau contrat de travail a ceux déjà existants et d'alourdir encore le millefeuille du code du Travail.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.