Emploi : le secteur du luxe recrute

a revoir

Présenté parDavid Pujadas

Diffusé le 27/05/2013Durée : 00h40

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

David Pujadas : Merci Maryse.

L'une des grandes réussites françaises bute sur un obstacle surprenant. Il s'agit du luxe : mode, accessoires, parfums, savoir-faire. Des groupes français mondialement connus n'arrivent plus a recruter. Ils cherchent notamment a embaucher des centaines d'artisans.

Nous sommes dans un atelier de haute horlogerie à Besançon.

C'est complexe. Voilà à quoi ressemble la future montre.

C'est environ 200 composants et 2 semaines de montage. Environ 75 heures.

Des dizaines d'heures de concentration et de minutie. Ces pièces de quelques millimètres vont maintenir les engrenages de la montre. Pendant des années, cette vieille marque française s'est exilée en Suisse. Il y a 3 ans, son nouveau directeur a repassé la frontière. Il compte sur une touche "made in France" pour convaincre les clients étrangers.

Nos produits ne sont ni moins bons, ni meilleurs que les produits suisses Ils sont ce supplément d'âme, car certifiés en France.

Pour les étrangers, le luxe c'est la France ? Exactement.

Avec cet atelier, 15 emplois ont été créés en France. Salaire d'entrée : 2 000 euros. Il peut rapidement le doubler avec l'expérience. Alexi a commencé l'horlogerie à 15 ans. Après 6 ans d'études, il n'a eu aucun mal a trouver du travail.

L'horlogerie est une passion que j'ai depuis toujours. Cela m'a toujours fasciné.

Vous êtes en CDI.

Oui, j'ai beaucoup de chance.

Dans une France où le chômage augmente depuis deux ans, le secteur du luxe, lui, ne cesse d'embaucher. A quelques kilomètres Châteauroux, Nathalie et David ont ouvert leur 3e atelier de maroquinerie. Ils travaillent pour une grande marque de luxe française. lls ont également lancé leur propre collection : des sacs entièrelent faits à la main. Sylviane en fabrique depuis plus de 15 ans.

S'il y a des personnes qui veulent venir nous aider, ce sera avec plaisir.

Face à l'augmentation des commandes, 50 embauches sont prévues cette année. La même chose en 2014 et en 2015. Pourtant, il n'est pas facile de recruter.

On a dévalorisé pendant longtemps les métiers manuels. Aujourd'hui, on s'aperçoit que c'est l'artisanat qui marche. Il faut inciter les jeunes à découvrir nos métiers.

Puor remédier au manque de candidats, ils ont monté leur propre formation. 8 personnes par an qui ne connaissaient rien à la maroquinerie.

Je ne connais rien, je cherchais un emploi. J'ai entendu parler de ce métier, j'ai passé les tests. Et voilà, je suis ici.

Le JT
Les autres sujets du JT