Emploi : des dispositifs d'accompagnement pour les plus jeunes

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 27/03/2014Durée : 00h50

Dans les Pôles Emploi, des dispositifs sont mis en place pour les moins de 25 ans qui n'ont ni diplôme ni expérience. Il s'agit des ANI Jeunes, une prise en charge de 6 mois très personnalisée. C'est très efficace: près d'un demandeur d'emploi sur deux sort de la précarité.

Des CDD et même des CDI, un tableau de chasse dont Pierre-Alain Blanc peut être fier. La mission de ce conseiller Pôle Emploi : tout faire pour que ces jeunes sortent du chômage.

Tu fais l'entretien, c'est un contrat de 6 mois.

CV, lettres de motivation, préparation a l'entretien. Pendant 6 mois, il leur consacre presque tout son temps. Un dispositif réservé aux moins de 25 ans.

Je les motive, je les dynamise, je les active, je les réactive. S'ils ne sont pas dans le cadre d'un suivi de ce type, ils laissent tomber, se découragent.

Même diplômés a bac ou bac 2, ils ne trouvent aucun travail. En cause : leur manque d'expérience.

A la sortie de l'école, on ne nous aide pas assez. On est lâchés dans la nature. Avec ce système pour l'emploi, on retrouve une aide, une sécurité.

Ça permet de reprendre confiance en nous, de voir qu'on n'est pas seul, qu'il y a d'autres jeunes dans notre cas.

Je veux des nouvelles s'il y a une offre.

Pierre-Alain Blanc ne lâche jamais ses protégés. Pour eux, il n'hésite pas à décrocher son téléphone.

Bonjour madame, je suis Pierre-Alain Blanc, conseiller au Pôle Emploi de Sète. J'ai un candidat de valeur à positionner sur votre offre.

En 9 mois, ce dispositif sur mesure a fait ses preuves. Plus de la moitié des jeunes a trouvé du travail. A Sète, il y a 12.000 demandeurs d'emploi. Plus de 14 % de chômeurs, le Langedoc-Roussillon détient un record national. Quand un jeune du dispositif décroche un poste, pas question qu'il retombe au chômage. P.

A. Blanc a un budget jusqu'à 1.500 euros pour chaque jeune. Pour l'aider à s'équiper ou à se déplacer. Aujourd'hui, il vient voir Marine Blandeau, commerciale. Elle vient de commencer dans cette entreprise à 40 km de chez elle. Sa voiture est à bout de souffle.

Ça va Marine.

Très bien.

Elle demande une aide 700 euros.

L'aide, on va la solliciter pour ta reprise d'emploi. Les réparations de ton véhicule ont été acceptées.

C'est génial. J'ai les pneus à changer, l'embrayage. Il faut faire les travaux rapidement et je n'ai pas les fonds. Et sans voiture, on ne peut plus travailler.

Ce dispositif Pôle Emploi financé par le patronat et les syndicats a permis à plus de 30.000 jeunes de trouver du travail.

Le JT
Les autres sujets du JT