Sonia Rolland raconte avoir reçu des menaces racistes après avoir été élue Miss France

La Miss France 2000 a publié un long message sur Facebook appelant à voter contre Marine Le Pen.

L\'ancienne Miss France, Sonia Rolland, le 13 juin 2016 à Monaco.
L'ancienne Miss France, Sonia Rolland, le 13 juin 2016 à Monaco. (MAXPPP)

"En 2000, au lendemain de mon élection de Miss France, j'ai reçu plus de 2 000 lettres d'insultes et de menaces de mort venant des partisans du FN". Dans un long message publié dimanche 30 avril sur sa page Facebook, Sonia Rolland explique qu'elle votera contre Marine Le Pen lors du second tour de l'élection présidentielle.

>> 1er-Mai : suivez les meetings et les rassemblements en direct sur franceinfo

La jeune femme indique qu'après son sacre, alors qu'elle n'était âgée que de 18 ans, elle a été victime de nombreux actes malveillants. "On a rayé/inscrit sur ma voiture 'sale négresse', sur mon paillasson je retrouvais de la merde de chien ainsi que sur la poignée de porte de mon appartement... Dans des lettres m'étant adressées, les auteurs prenaient le temps de mettre de la merde en inscrivant 'voilà ce que je vois quand je te vois à la télé... retourne dans ton pays'", écrit Sonia Rolland, qui explique avoir alors décidé de ne pas en parler pour ne pas "offrir une tribune à cette minorité de haineux".

"Des idéaux toujours aussi nauséabonds"

Si elle prend cette fois la parole, c'est qu'elle estime qu'à l'occasion de cet entre-deux-tours, "la discrimination s'exprime de manière totalement décomplexée et s'installe dans l'inconscient collectif comme une chose banale."

Le visage paraît plus sympathique, la communication plus soignée, (...) mais nous savons tous que le fond, les idéaux du FN et de ses partisans sont toujours aussi nauséabonds.Sonia Rollandsur Facebook

Le message de l'ancienne Miss France a suscité plus de 108 000 réactions et a été partagé à près de 24 000 reprises sur Facebook. Mais dans les commentaires, au milieu de nombreux messages de sympathie, des sympatisants de Marine Le Pen l'accusent de mentir ou de vouloir diaboliser les électeurs frontistes.