Résultats des européennes 2024 : La France insoumise termine à 9,89%, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur

La liste de La France insoumise, menée par Manon Aubry, réalise un meilleur score qu'en 2019, mais bien inférieur à celui de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle de 2022.
Article rédigé par Thibaud Le Meneec - avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
La tête de liste de La France insoumise aux élections européennes, Manon Aubry, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), le 25 mai 2024. (JULIEN DE ROSA / AFP)

Mieux qu'en 2019 et un peu plus que ce qu'annonçaient les sondages. La liste La France insoumise, emmenée par Manon Aubry, obtient 9,89% des suffrages aux élections européennes, dimanche 9 juin, selon les résultats définitifs publiés par le ministère de l'Intérieur. Un score nettement supérieur aux 6,31% de 2019.

Elle termine ainsi en quatrième position, derrière le Rassemblement national, Renaissance et ses alliés et le Parti socialiste. La France insoumise, qui disposait de six députés au sein du groupe La Gauche au Parlement européen, en disposera désormais de 9, avec notamment l'élection de la juriste franco-palestinienne Rima Hassan, selon notre estimation Ipsos.

Comment a réagi le parti ?

Les résultats des européennes marquent la "défaite et la déroute cinglante du macronisme", a lancé la tête de liste LFI, devant ses militants, peu après 20h30. Manon Aubry estime que le score "historiquement faible" de Valérie Hayer "sanctionne une politique injuste et autoritaire". "Il est évident que le pays veut tourner la page de l'ère Macron", a-t-elle réagi, ajoutant que "cette page ne doit pas se tourner avec le Rassemblement national", qui ressort gagnant du scrutin avec 31,5% des suffrages, selon notre estimation Ipsos.

Alors que le président de la République a annoncé la dissolution de l'Assemblée nationale, le fondateur de LFI Jean-Luc Mélenchon a estimé qu'il avait eu "raison" de le faire. La France insoumise "ne craint pas le peuple", a-t-il proclamé.

Qui sont les candidats élus et avec quel groupe vont-ils siéger ?

La France insoumise va envoyer neuf députés au Parlement européen, soit trois de plus qu'en 2019. Parmi les neuf candidats élus, cinq vont entamer un second mandat : Manon Aubry, Younous Omarjee, Marina Mesure, Leïla Chaibi et Damien Carême. L'inspecteur du travail Anthony Smith et le chef d'entreprise Arash Saeidi deviennent eurodéputés pour la première fois. La juriste Rima Hassan, septième sur la liste, siégera aussi dans l'hémicycle. Ces eurodéputés vont siéger au sein du groupe La Gauche, coprésidé par Manon Aubry, qui représentait jusqu'à présent la septième et dernière force de l'hémicycle européen, avec moins de 40 élus.

Comment s'est déroulée la campagne de La France insoumise ?

La campagne de LFI a commencé par un échec : la liste d'union de la gauche aux élections européennes n'a jamais vu le jour, contrairement à la coalition électorale de la Nupes pour les législatives de 2022. Faute de pouvoir s'allier à l'un des autres partis de gauche, au premier rang desquels Les Ecologistes-EELV, La France insoumise a désigné Manon Aubry tête de liste, fin janvier. Depuis quatre mois, l'eurodéputée de 34 ans a plusieurs fois renvoyé dos à dos le camp présidentiel et le Rassemblement national.

Axée sur la défense du pouvoir d'achat et la remise en cause des traités de libre-échange, la campagne de La France insoumise s'est aussi beaucoup portée sur la question de la guerre dans la bande de Gaza. Le mouvement a défendu une position propalestinienne très franche depuis les attaques terroristes menées par le Hamas le 7 octobre et la réponse meurtrière de l'Etat hébreu.

Rima Hassan a incarné cette volonté de mobiliser l'électorat de LFI sur ce thème, alors que les conséquences politiques du conflit israélo-palestinien ont été l'un des thèmes marquants des dernières semaines. "Il n'est pas question que de Gaza" dans la campagne, s'est toutefois défendue Manon Aubry à une semaine du scrutin, sur RMC, alors que LFI est restée sous les 10% d'intentions de vote jusqu'à la fin de la campagne, malgré un frémissement tardif.

Quelles sont les conséquences pour LFI et la gauche ? 

Comme en 2019, La France insoumise échoue à transformer le bon score de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle précédente, signe que les élections européennes ne sont pas le scrutin le plus mobilisateur pour le mouvement de gauche radicale. Mais en dépassant les 10%, le mouvement peut espérer continuer à peser à gauche. 

La liste La France insoumise devance cette année Les Ecologistes-EELV de Marie Toussaint (5,5%) mais est distancée par le Parti socialiste-Place publique de Raphaël Glucksmann (14%), qui va tenter de jouer un rôle plus important dans la recomposition de la gauche. Face à la dissolution de l'Assemblée, la gauche a trois semaines pour se mettre en ordre de bataille. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.