Reportage "On doit construire des compromis" : pour les élections européennes, des "petits" partis écologistes veulent défendre une alternative à EELV

Plusieurs listes concurrentes aux Ecologistes-EELV espèrent pouvoir se démarquer lors du scrutin européen du 9 juin.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Jean-Marc Governatori (à gauche) de la liste Ecologie au centre et  Yann Wehrling de la liste Écologie positive et territoires. (L'ALSACE/ DNA / MAXPPP)

Un score loin des 13,4% réalisés par Yannick Jadot en 2019 ? Marie Toussaint, tête de liste des Ecologistes-EELV, est en meeting samedi 4 mai à Bordeaux alors que sa campagne électorale peine à décoller. Elle est donnée pour l'instant en cinquième position, à 7%, dans le sondage Ipsos pour franceinfo et Le Parisien daté du 13 avril. 

Les Ecologistes font face également à des listes concurrentes. Parmi ces alternatives, on retrouve Yann Wehrling, un ancien ambassadeur à l'environnement et ex-secrétaire national des Verts. Il est à la tête de la liste Écologie positive et territoires. Une liste qui se veut "plus réaliste" face aux enjeux environnementaux. "L'écologie doit construire des compromis, explique Yann Wehrling. Quand on écoute ce que dient les agriculteurs qui ont manifesté il n'y a pas longtemps, ils ne disaient pas qu'ils ne voulaient pas faire de l'écologie. Ils ne se lèvent pas tous les matins pour détruire l'environnement, ce n'est pas ça."

"Les agriculteurs sont prêts à faire des efforts, mais quand certains n'arrivent même pas à vivre de leur production, ils trouvent évidemment qu'on en demande trop par moments."

Yann Wehrling, tête de liste d'Écologie positive et territoires

à franceinfo

Parmi les points de divergences, il y a par exemple le rapport au monde économique mais aussi l'usage du nucléaire. "Finalement, quand je regarde ce qui est dit par certains écologistes qui sont contre le nucléaire, ça reviendrait à couvrir le pays d'éoliennes et de photovoltaïques,affirme Yann Wehrling. Mais quid de la biodiversité et des paysages ?"

Les Ecologistes-EELV "sont d'un radicalisme stupide et inefficace"

Mais pour la tête de liste d'Écologie positive et territoires, la principale fracture se situe sur la ligne politique. Il n'est pas question pour lui de rejoindre la Nupes. Il regrette que les Ecologistes soient devenus trop radicaux, trop ancrés à gauche : "Nous, on est plus pour travailler tout le monde, comme les Grünen en Allemagne, poursuit Yann Wehrling. Les Verts allemands ou autrichiens, on fait la démonstration depuis des décennies que là où ils pèsent, c'est en pouvant discuter aussi bien avec la gauche qu'avec la droite."

Un avis que partage Jean-Marc Governatori, ancien candidat à la primaire écologiste : "J'ai observé que cette gauchisation obsessionnelle posait des gros problèmes de scores en matière régionale et en matière nationale. Par conséquent, j'ai voulu que l'écologie devienne vraiment centrale." Aujourd'hui, il mène campagne pour Ecologie au centre, pointant dit-il les défaillances des écologistes. "Ils sont d'un radicalisme stupide et inefficace parce que à un moment donné, quand l'air européen tue encore 300 000 personnes, dont 50 000 Français, que 90% des eaux souterraines et des eaux de surface ne sont pas en très bon état écologique et que vous faites la liste des problèmes européens, vous vous demandez si un parti écologiste existe en France et en Europe ?" 

Contactées, les équipes de MarieToussaint nous explique qu'un rapprochement avec ces listes n'est pas envisagé. "Nous ne portons pas le même programme, la même écologie", nous explique-t-on.

Européennes : les listes écologistes en ordre dispersé - Reportage de Marion Ferrère

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.