Repas sans porc ou halal... le FN temporise après une controverse sur les menus dans les cantines

Marine Le Pen a rouvert le dossier de la laïcité vendredi 4 avril, en évoquant lors d'une interview le rétablissement des menus avec porc dans les cantines scolaires. Avant de calmer le jeu.

La présidente du Front national lors d\'une conférence de presse au siège du parti à Nanterre (Hauts-de-Seine), le 25 mars 2014.
La présidente du Front national lors d'une conférence de presse au siège du parti à Nanterre (Hauts-de-Seine), le 25 mars 2014. (SEBASTIEN MUYLAERT / CITIZENSIDE / AFP)

Marine Le Pen souhaite-t-elle imposer le porc dans les cantines scolaires ? La question des repas servis aux élèves était déjà un argument de campagne des candidats frontistes aux municipales.

Avec désormais 11 mairies gérées par son parti, la présidente du FN a remis le couvert au nom de la laïcité lors d'une interview sur RTL vendredi 4 avril, suscitant de nombreux commentaires critiques sur internet. Retour sur la polémique.

Acte 1 : Rétablir les menus avec porc ? Oui

Invitée de RTL vendredi 4 avril, Marine Le Pen est invité à préciser les actions concrètes des maires frontistes élus lors des récentes municipales. Faut-il rétablir le porc dans les cantines où il aurait été supprimé ? "Exactement", répond la présidente du FN.

"Nous n'accepterons aucune exigence religieuse dans les menus des écoles", explique-t-elle. Il n'y aucune raison pour que le religieux entre dans la sphère publique, c'est la loi."

Acte 2 : "Interdire l'interdiction", mais pas imposer

Face aux nombreux commentaires suscités par sa proposition sur internet, Marine Le Pen temporise, dénonçant sur son compte Twitter une "polémique artificielle". "Il s'agit d'interdire l'interdiction du porc dans les cantines, et polémique inutile car il y a toujours deux menus", écrit-elle.

Florian Philippot cherche également à calmer le jeu sur BFM TV. "J'ai entendu beaucoup de bêtises sur ce qui a été dit par Marine Le Pen", assure-t-il, évoquant la simple application du principe de laïcité. "Nous sommes pour l'interdiction des interdictions religieuses", poursuit-il, affirmant que "plusieurs menus" resteront proposés aux enfants.

Acte 3 : Pas de "repas halal", prévient Robert Ménard

Elu officiellement maire de Béziers vendredi lors du premier conseil municipal de la nouvelle mandature, Robert Ménard, soutenu par le Front national durant sa campagne, réagit aux propos de Marine Le Pen.

Au micro de France Info, l'élu concède qu'"il faut donner toujours aux gens le choix d'éviter de manger un certain nombre d'aliments qu'ils ne veulent pas ou ne peuvent pas manger en raison de leurs convictions religieuses". Et Robert Ménard d'évoquer tout de même les "repas halal" : "Il n'y en aura pas" dans sa ville, prévient-il. Sauf que de tels menus n'existent pas à l'heure actuelle, expliquait à francetv info le spécialiste de l'extrême droite Jean-Yves Camus.