Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Régionales : "Il y aura bientôt plus de ministres sur les marchés qu'au Conseil des ministres !", ironise Karima Delli, candidate dans les Hauts-de-France

Publié
Article rédigé par
Radio France

"Les régionales ne sont pas un show", dénonce l'eurodéputée EELV, tête de liste régionale de la gauche et des écologistes dans la région, confrontée à une liste LREM qui comprend pas moins de cinq ministres du gouvernement.

Karima Delli, députée européenne EELV, est la tête de liste de l'union de la gauche et des écologistes aux élections régionales dans les Hauts-de-France qui se tiendront dans un peu plus d'un mois en France. Elle aura notamment face à elle deux poids lourds sur la liste de la majorité présidentielle, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et le garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti.

"Ils prennent les électeurs pour des imbéciles", juge Karima Delli dimanche 16 mai sur franceinfo. "Il y aura bientôt plus de ministres sur les marchés qu'au Conseil des ministres !", ironise la candidate quant à cette liste La République en Marche qui compte au final pas moins de cinq ministres. 

"Les régionales ne sont pas un show", dénonce Karima Delli avant de développer : "On ne fait pas de tourisme électoral. Il faut considérer que tous ces gens-là ne vont pas siéger au Conseil régional, je peux vous dire. Ils n'en ont rien à faire de la vie des gens dans les Hauts-de-France".

Pas de problème pour faire barrage au RN

La tête de liste de l'union de la gauche et des écologistes dans les Hauts-de-France ne voit aucune difficulté à constituer un front républicain avec la droite et La République en Marche pour faire barrage au Rassemblement national, si cela s'avérait nécessaire : "On n'a pas de problème avec ces questions-là, on l'a fait en 2015", rappelle-t-elle.

Karima Delli invite cependant à poser la question à Xavier Bertrand et à La République en marche. "Que vont-ils faire aujourd'hui ? C'est à eux de dire s'ils sont prêts à jouer les barrages ou les passoires."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.