Cet article date de plus de cinq ans.

Union de la gauche aux régionales : le PS confronté à un contre-référendum

Des militants de gauche, auteurs de cet appel dévoilé lundi, accusent le patron du Parti socialiste, à l'origine de la première initiative, de "chantage au FN" .

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, le 3 octobre 2015 au siège du PS à Marseille (Bouches-du-Rhône). (CITIZENSIDE / GEORGES ROBERT / AFP)

La gauche s'affiche de plus en plus désunie, à l'approche du premier tour des élections régionales. Des militants ont lancé, lundi 5 octobre, un contre-référendum, en réponse à celui initié par Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du Parti socialiste. 

Désormais, deux propositions s'opposent à gauche. Celle du PS : "Face à la droite et l'extrême droite, souhaitez-vous l'unité de la gauche et des écologistes aux élections régionales ?" Et celle de ces militants : "Face à la droite et l'extrême droite, souhaitez-vous que le gouvernement tienne ses engagements et mène une politique de gauche ?" Aux sympathisants de gauche de choisir. Et de voter oui ou non à celle qui emporte leur préférence.

Ce n'est "pas une initiative officielle" des écologistes

La consultation, organisée par le patron du PS, doit se tenir du 16 au 18 octobre, via des urnes disposées sur les marchés et une page internet dédiée. Les militants de gauche contestataires ont retenu les mêmes dates pour leur "autre référendum"lancé sur le web. Parmi eux, figure le porte-parole d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) Julien Bayou. Il affirme cependant que ce "n'est pas une initiative officielle" de son parti.

Reste que les tenants de ce contre-référendum accusent le premier secrétaire du PS de "chantage au FN", alors qu'il plaide pour l'union aux régionales, face notamment aux chances de victoire du Front national dans plusieurs régions, les 6 et 13 décembre. 

"Si les écologistes réagissent de cette façon-là en essayant de détourner notre référendum, c'est qu'ils ont parfaitement compris que l'électorat écologiste ne comprend pas cette alliance avec Jean-Luc Mélenchon, qui détourne l'écologie de ses buts, qui vise simplement à essayer de construire une alternative sur notre gauche", a réagi Jean-Christophe Cambadélis.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.